logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
20 % des salariés renoncent à des arrêts maladie prescrits

xx Actualité sociale xx


COMPLÉMENTAIRES

20 % des salariés renoncent à des arrêts maladie prescrits

Le groupe de protection sociale Malakoff Médéric a présenté, le 22 novembre, les résultats pour 2017 de ses études sur les arrêts maladie.

29/11/2017 Protection Sociale Informations, n° 1099

Pour mieux comprendre les ressorts de « l’absentéisme maladie », Malakoff Médéric a étudié les chiffres de son portefeuille clients et réalisé des enquêtes qualitatives auprès de 2 000 salariés et de 300 médecins généralistes avec 600 cas-patients étudiés. Il en ressort que 20 % des arrêts prescrits à ces 2 000 salariés n’ont pas été pris : 7 % partiellement et 12 % pas du tout. Cela concerne surtout les petits arrêts, inférieurs à six jours. Les deux populations qui ont le plus refusé sont les jeunes et les cadres. Le premier argument est celui de la conscience professionnelle, le deuxième, d’ordre financier, est lié aux trois jours de carence et concerne davantage les jeunes, et le troisième, avancé surtout par les cadres, est la peur d’être surchargé au retour. A posteriori, 40 % de ces personnes « regrettent » de ne pas avoir pris leur arrêt. Autre enseignement qui ébranle les idées reçues : 73 % des arrêts maladie ont été prescrits par le médecin traitant, et 80 % après une discussion sur la situation personnelle et professionnelle du patient. Plus surprenant encore pour les enquêteurs, dans 73 % des cas, le médecin généraliste a orienté ou pris contact avec le médecin du travail.

Par ailleurs, l’étude quantitative a établi à 34,1 % le nombre de salariés absents pour maladie au moins une fois en 2016. Et cela durant 35,5 jours en moyenne, soit 43 équivalents temps plein pour 1 000 salariés. Un niveau stable mais élevé, en hausse de 2 % par rapport à 2010. Les arrêts de un à trois jours représentent 40 % des arrêts, ceux de plus de six mois 2 % mais 32 % du nombre de jours d’arrêt. Les ouvriers (40 %) s’absentent plus que les cadres (27 %), confirmant le lien entre conditions de travail et arrêt maladie. Ce lien explique sans doute que le secteur de la santé soit le plus concerné (40 %), davantage encore que l’industrie-BTP (38 %). Enfin, on constate que les troubles psychologiques sont devenus un motif d’arrêt important, quasiment autant que les troubles musculo-squelettiques.

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »