logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Maintenir en emploi les personnes handicapées

xx Actualité sociale xx


SANTÉ AU TRAVAIL

Maintenir en emploi les personnes handicapées

Les premières Assises du maintien en emploi se sont déroulées le 24 avril à Paris, organisées par la Fédération régionale des services interprofessionnels de santé au travail d’Île-de-France.

02/05/2018 Protection Sociale Informations, n° 1120

Un à deux millions de salariés (5 à 10 %) seraient exposés au risque de perdre leur emploi à court ou moyen terme en raison d’un problème de santé ou d’un handicap », a rappelé Pierre Aballea, inspecteur de l’Igas, en citant les chiffres du rapport sur le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés, rendu public en janvier (PSI n° 1106). Face à cette situation, les professionnels sur le terrain tentent de mettre en place des solutions. Partant du constat qu’il faut agir « avant qu’il ne soit trop tard », des associations, telles que Cap Santé Entreprise ou Obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH), aident les entreprises à repérer les signaux d’alerte et anticiper le retour du salarié à un poste aménagé. « Nous apportons un conseil sur mesure à l’employeur pour trouver une solution à ses salariés malades lors de leur retour à l’emploi pour éviter les licenciements pour inaptitude », explique Marie-Laure Mispelter, conseillère territoriale à l’OETH. « 90% des salariés qui ont une maladie chronique ne reviennent pas. Il faut intervenir bien en amont. Nous proposons des plans d’action pour anticiper l’arrêt de travail », précise Arnaud Joubaire, formateur chez Cap Santé Entreprise.

Du côté des institutions, plusieurs outils existent pour prévenir la désinsertion professionnelle. À titre d’exemple, la Cnam propose aux salariés en arrêt de travail d’élaborer avec eux un projet professionnel. Ils peuvent se former pendant leur arrêt et évaluer la faisabilité de leur reprise au cours d’un essai encadré, sans perdre leurs indemnités journalières. La visite de préreprise peut également permettre à la personne malade de reprendre une activité adaptée dans de bonnes conditions. « Si l’entreprise est prise de court, souvent, elle ne va pas répondre favorablement à la demande de modification du poste. Cette visite permet d’échanger avec l’employeur en amont », observe Véronique Reymond, médecin du travail. Encore faudrait-il qu’il existe davantage de coordination entre le médecin traitant, celui du travail et le praticien-conseil. « Beaucoup de généralistes sont frileux à l’idée de communiquer avec le médecin du travail sur la situation de leurs patients », reconnaît Yann Thomas Desessarts, médecin généraliste à Cergy Saint-Christophe (Val-d’Oise). « L’ouverture d’un flux au sein du dossier médical partagé, dont la généralisation est prévue en fin d’année, permettrait au médecin du travail de communiquer directement avec le généraliste », propose Gérald Demortière, médecin coordinateur de l’Ametif, l’association de médecine du travail de l’Île-de-France.

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »