logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Plus de 2/3 des femmes cadres se sentent discriminées

xx Actualité sociale xx


Etude

Plus de 2/3 des femmes cadres se sentent discriminées

Evolution professionnelle, salaires, mobilité… Plus de 2/3 des femmes cadres estiment que leur genre les pénalise professionnellement, affirme une étude réalisée par le jobboard Cadreo (RegionsJob) dont les résultats ont été dévoilés jeudi 17 mai.

17/05/2018 Fil AFP Liaisons Sociales

Plus de 2/3 des femmes cadres se sentent discriminées 57 % des femmes cadres ont le sentiment d'être moins écoutées

SUR LE MÊME THÈME

Après les avocates discriminées dans l'exercice de leur profession - selon une enquête du Défenseur des droits et la Fédération nationale des unions de jeunes avocats (FNUJA) -, ce sont les femmes cadres qui estiment que leur genre les a pénalisé professionnellement. Elles sont en tout cas 68 % à le penser selon les résultats d'une étude que vient de publier le site emploi Cadreo. Pour 75 % des sondées, ce sentiment de discrimination se matérialise d'abord par des salaires moins élevés. Elles sont par ailleurs 57 % à se sentir moins écoutées lors de réunions ou à l'occasion d'une prise de décision.

Autres griefs : 51 % des femmes jugent qu'elles bénéficient de rares promotions, tandis que 48 % disposent de moins d’opportunités et de responsabilités sur les projets. En outre, 67 % des personnes interrogées jugent que, dans leur entreprise, les postes à responsabilités ne sont pas paritairement distribués.
 
Le frein de la grossesse
 
Alors qu'elles souhaitent à 73 % que le congé paternité devienne obligatoire, 56 % des femmes cadres estiment que la grossesse demeure un frein pour la carrière. Seules 19 % n'appréhendent pas de tomber enceinte pour la poursuite de leur parcours professionnel alors que 89 % ont senti un changement de regard de la part de la direction suite à leur grossesse. Les premières anticipent notamment des difficultés à concilier vie privée et vie professionnelle (75%), craignent d'être freinées dans la poursuite de leur carrière (69 %) et se méfient même de la réaction de leur supérieur et de la direction de leur entreprise (37%).
 
Pour 43 % des répondantes ayant déjà eu un ou des enfants, les rapports avec la direction se sont même détériorés. Si 67 % d'entre elles ont retrouvé le même poste et 15% un poste sur un périmètre équivalent au retour du congé maternité, elles sont 18 % à estimer avoir connu une régression et une diminution de leurs prérogatives.

J.-F. R.


Accéder au Fil AFP Liaisons Sociales

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »