logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Congé parental : la schizophrénie du gouvernement

xx Actualité sociale xx


FAMILLE

Congé parental : la schizophrénie du gouvernement

Au terme de la première année de mandat présidentiel, la politique du gouvernement en matière de conciliation des temps de vie, aux niveaux européen et national, ne semble pas cohérente.

23/05/2018 Protection Sociale Informations, n° 1122

Depuis le début de l’année, le projet de directive européenne relative à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est en discussion au niveau du Conseil et du Parlement. S’inscrivant dans le sillage du Socle européen des droits sociaux, la Commission a proposé : 1/ l’instauration d’un congé de paternité d’au moins dix jours autour de la naissance de l’enfant ; 2/ le renforcement du congé parental : de quatre mois minimum, il serait flexible et fragmentable jusqu’aux 12 ans de l’enfant ; 3/ la création d’un congé de cinq jours par an pour les aidants, dédié aux travailleurs s’occupant de parents malades ou dépendants. Point commun : ces congés seraient tous rémunérés au moins à hauteur des indemnités de maladie. Et c’est là que le bât blesse : la France, jugeant ces dispositions trop dispendieuses, a rallié une majorité d’États pour la contrer. Rien n’y a fait : ni la lettre ouverte au président de la République adressée le 16 avril par 50 associations, ni l’intervention de la délégation socialiste française au Parlement européen, qui s’est fendue d’une lettre à trois ministres du gouvernement en janvier. « C’est une nouvelle démonstration de l’hypocrisie d’Emmanuel Macron, qui avait fait de l’égalité entre les femmes et les hommes la grande cause de son quinquennat », s’est émue sa présidente, le 4 mai. Résultat : le projet de directive devrait être retoqué au Conseil européen du 21 juin.
Au niveau national, le gouvernement montre un autre visage. La ministre des Solidarités attend deux rapports en juin : un de l’Igas sur l’amélioration du congé paternité (PSI n° 1108), un autre de la députée Marie-Pierre Rixain (LREM, Essonne) sur l’harmonisation du congé maternité. Quant au congé parental, il pourrait être aménagé d’ici 2022. Interrogée lors du débat sur la politique familiale au Sénat, le 17 mai, Agnès Buzyn a dit avoir « conscience que la réforme de la Prépare [sous le quinquennat Hollande] est un échec relatif, car les pères ne prennent pas ce congé ».

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »