logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Le congrès de la FNMF se met à l’heure du RAC zéro

xx Actualité sociale xx


COMPLÉMENTAIRES

Le congrès de la FNMF se met à l’heure du RAC zéro

Près de 2 000 délégués devaient participer, du 13 au 15 juin, au 42e congrès de la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) organisé à Montpellier. Avec l’ambition de débattre des « mutations » de la protection sociale.

12/06/2018 Protection Sociale Informations, n° 1125

La FNMF est soulagée ! À l’instar de tous ses prédécesseurs depuis 1981, le président de la République a enfin fait savoir, le 9 juin, qu’il honorerait de sa présence ce 42e congrès. Alors que les critiques sur « le manque d’ambition émancipatrice » du programme présidentiel se multiplient jusque dans son propre camp, « son absence aurait été une erreur politique », soulignent les mutualistes. Elle aurait aussi ravivé la crainte d’une nouvelle perte d’influence du mouvement dans le jeu institutionnel. Car depuis l’élection d’Emmanuel Macron, les mutuelles n’ont pas été épargnées : fin des délégations de gestion de l’assurance maladie des étudiants et des indépendants, mise en concurrence des mutuelles de fonctionnaires d’État, assujettissement à la surtaxe sur les dividendes… Pire, là où le président de la FNMF, Thierry Beaudet, se rêvait « acteur du nouveau quinquennat » (PSI nº 1079), il a souvent dû se contenter d’en être le spectateur. Voire le premier VRP s’agissant de la principale promesse du candidat Macron dans le domaine de la santé, à savoir la mise en place du reste à charge (RAC) zéro en optique, dentaire et audioprothèse.

La Fédération va certes profiter de la caisse de résonance de son congrès pour avancer ses pions dans plusieurs domaines.
1/ Le RAC zéro bien sûr, avec l’espoir de décrocher une solvabilisation supplémentaire des contrats des personnes à faibles ressources (lire interview).
2/ L’accès aux soins sur les territoires, afin d’obtenir notamment le droit d’employer des étudiants en service sanitaire dans les centres mutualistes de soins.
3/ L’assurance dépendance, que Thierry Beaudet a suggéré d’inclure dans la complémentaire santé des plus de 50 ans.
4/ Et de façon plus inhabituelle, l’épargne retraite sur laquelle la Mutualité tente de faire entendre sa voix.

La FNMF veut aussi resserrer les rangs en interne. Outre le lancement d’une campagne consensuelle sur les valeurs, les sujets qui fâchent ont été renvoyés à son assemblée générale du 4 octobre. Cela n’empêche pas certains groupes mutualistes de plaider en faveur d’un nouveau tour de vis sur la cotisation fédérale, en sus des - 25 % supplémentaires actés en 2017 (PSI nº 1053). Quitte à faire ressurgir le spectre de nouvelles suppressions de postes au siège de la rue de Vaugirard. Le sort des unions de Livre 3 reviendra alors aussi sur la table, tout comme le partage des tâches entre grands groupes mutualistes et la Fédération en matière de prévention.

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »