logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Christine Lemaire, DRH de SFAM : « La bienveillance fait partie de l’ADN de notre entreprise »

xx Actualité sociale xx


Interview

Christine Lemaire, DRH de SFAM : « La bienveillance fait partie de l’ADN de notre entreprise »

Directrice des ressources humaines de SFAM (1 600 salariés), une société de courtage en assurances pour la téléphonie mobile, le multimédia et les objets connectés, Christine Lemaire s’apprête à accueillir 1 000 nouveaux collaborateurs cette année pour accompagner la croissance de l’entreprise, implantée à Romans-sur-Isère, dans la Drôme. Ses atouts ? Une politique RH qui fait la part belle à la formation des jeunes et au bien-être au travail.

22/02/2019 Fil AFP Liaisons Sociales

Christine Lemaire, DRH de SFAM : « La bienveillance fait partie de l’ADN de notre entreprise » © Christine Lemaire, DRH de SFAM

SUR LE MÊME THÈME

Liaisons Sociales : Vous venez d’annoncer le recrutement de 1 000 nouveaux collaborateurs cette année. Quels profils recherchez-vous ? Quelles sont vos méthodes de recrutement ?
Christine Lemaire : Nous recrutons des profils très variés pour nos trois sites hexagonaux, Romans-sur-Isère (Drôme), Roanne (Loire), Paris, ainsi que pour nos filiales espagnole et suisse. Dans le détail, nous recruterons en majorité des téléconseillers, fonction essentielle à notre activité de courtage en assurance affinitaire, et des candidats pour renforcer nos fonctions support, dans les domaines RH, juridique, gestion des sinistres. Nous recrutons également des développeurs, qui sont, avec les profils bilingues, très convoités. Pour capter les candidats, nous activons tous nos canaux de recrutement, en premier lieu notre site de e-recrutement, mais également des annonces à la radio et dans les quotidiens régionaux, pour nos établissements de Romans-sur-Isère et de Roanne. Nous assurons également une présence dans les écoles, les salons emploi et nous avons noué des relations avec Pôle emploi et des missions locales. Pour des profils plus experts et seniors, nous recourons à des cabinets de recrutement. Le choix des candidats est bien entendu aiguillé par la formation et l’expérience, mais nous sommes également très attentifs aux « soft skills » et à la motivation.


LS : Comment accompagnez-vous le développement des compétences de vos collaborateurs ?
C. L. : Outre le développement des compétences issu de notre plan de formation annuel, nous avons créé une fonction de coach qualité pour accompagner la montée en compétences de nos téléconseillers. En outre, nous avons déployé des formations en management pour faire évoluer les téléconseillers vers des postes d’encadrants. Dans notre entreprise, un superviseur encadre 8 à 10 téléconseillers, et un manager, qui est accompagné d’un manager adjoint, entre 5 et 15 superviseurs.


LS : Quelles actions menez-vous en direction des jeunes ?
C. L. : Il y a ces relations nouées par nos responsables RH avec les missions locales mais nous avons surtout lancé en 2017 SFAM Académie pour former des jeunes issus de nos bassins d’emploi au métier de téléconseiller. Nous avons commencé par créer avec la CCI de la Drôme à Valence un BTS NDRC (Négociation et Digitalisation de la Relation Client) en alternance pendant deux ans. Puis, nous avons noué des partenariats avec deux centres de formation : le centre Maestris à Valence qui prépare à un Bachelor commercial (Bac+3), et le centre Arago Saint-Anne à Roanne qui prépare un BTS NDRC en alternance. Cette année, des discussions sont en cours avec la CCI de Roanne pour la création d’une classe de BTS à la rentrée prochaine. A l’issue de leur formation, les jeunes diplômés se voient proposer des postes en CDI au sein de notre groupe. Cela représente un investissement important pour l’entreprise, notamment en termes d’accompagnement des jeunes vers l’emploi pérenne. La création de SFAM Académie répond également à la volonté de notre PDG, Sadri Fegaier, de s’investir localement pour l’emploi des jeunes.


LS : Vous insistez beaucoup sur la notion de bien-être au travail. Quelles sont vos actions en matière de QVT ?
C. L. : Nous mettons tout en œuvre pour offrir à nos salariés un cadre de travail épanouissant, stimulant et favorable à leur développement personnel et professionnel. Nous avons à ce titre obtenu en 2017 et 2018 la 1ère place au classement HappyAtWork des entreprises de 500 à 999 salariés dans lesquelles les employés sont heureux de travailler. Nous avons obtenu 95 % de recommandations positives de la part de nos collaborateurs. Notre politique RH sur le bien-être au travail se traduit d’abord par des niveaux de rémunération plus élevés que la moyenne de notre secteur d’activité. L’entreprise prend par ailleurs intégralement en charge les frais de santé, la prévoyance, et la restauration collective. A Paris, nous prenons en charge l’intégralité du Pass Navigo. Nous verserons en outre la prime exceptionnelle Macron à nos collaborateurs allant jusqu’à 720 euros. Nous avons également de la participation et de l’intéressement et, surtout nous offrons des perspectives d’évolution à nos collaborateurs. Nous n’avons pas, pour l’heure, ressenti le besoin de signer avec nos partenaires sociaux un accord sur la QVT, car nous avons moult dispositions en ce sens dans différents accords existants, comme celui sur le temps de travail, ou celui sur le handicap. Aussi, la bienveillance est inscrite dans l’ADN de l’entreprise depuis sa création en 1999. Et jusqu’à présent, malgré le boom de nos effectifs pour accompagner la croissance de l’entreprise, cette culture est toujours bien ancrée.

Propos recueillis par Jean-François Rio

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »