logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
73 % des femmes et hommes jugent les politiques d'entreprises insuffisantes en matière de parentalité

xx Actualité sociale xx


Etude

73 % des femmes et hommes jugent les politiques d'entreprises insuffisantes en matière de parentalité

L'égalité en matière de parentalité reste une tâche ardue : dans l'organisation quotidienne, la mère reste la principale concernée. Les résultats de l'étude "Prendre en compte la parentalité dans la vie au travail", publiée le 21 février 2019 pour le Conseil Supérieur de l'Égalité Professionnelle entre les femmes et les hommes (CSEP), menée par BVA Opinion, dévoile aussi que 77 % des femmes estiment que la parentalité est insuffisamment prise en compte dans l’organisation du temps et des lieux de travail.

28/02/2019 Fil AFP Liaisons Sociales

73 % des femmes et hommes jugent les politiques d'entreprises insuffisantes en matière de parentalité

SUR LE MÊME THÈME

Le CSEP a lancé une enquête sur la parentalité dans le cadre du travail, afin de faire un état des lieux des représentations sur la parentalité et de ses impacts sur la carrière des femmes et des hommes au sein des entreprises. Environ 36 000 salariés de 10 grandes entreprises, à 80 % ingénieurs, cadres et techniciens, ont répondu au questionnaire. Celui-ci montre que 93 % des mères ont pris l’intégralité de leur congé maternité à la naissance de leur enfant (la question financière étant le principal frein chez celles qui ne l’ont pas pris) contre 78 % des pères concernés (20 % de ceux qui ne l'ont pas pris ont senti que leur présence était requise au travail). Des différences plus importantes sont constatées sur la garde d'un enfant malade : 59 % des mères prennent des jours de congés (47 % chez les cadres) contre 25 % chez les pères (18 % chez les cadres). De plus, dans l’année suivant la naissance de leur enfant, 69 % des femmes (contre 29 % des hommes) ont modifié leur organisation, et 47 % des femmes ont réduit ou arrêté leur activité (contre 6 % seulement des hommes). Quant aux responsabilités et tâches parentales, 55 % des mères sont concernées, contre 8 % seulement des pères.
 
Déroulement de carrière différencié
 
Pour les femmes, la situation ne semble pas meilleure dans l'entreprise que dans leur foyer : une femme sur deux a l'impression que sa carrière a été freinée en raison de sa maternité - 18 % des hommes ont le même ressenti. De plus, 75 % des femmes et 50 % des hommes jugent que la maternité a un impact négatif sur le déroulement de carrière. Enfin, 70 % des salariés (84 % des femmes 57 % des hommes) estiment que la parentalité est davantage un frein à la carrière pour les femmes que pour les hommes. Paradoxalement, 73 % des mères et 72 % des pères se disent satisfaits de leur emploi actuel en terme de conciliation entre vie professionnelle et vie familiale.
 
Des droits souvent mal connus
 
Dernier aspect de l'enquête : les politiques mises en œuvre dans l'entreprise pour favoriser la parentalité. Ils sont 58 % d'hommes et femmes interrogés à avouer mal connaître leurs droits en matière de parentalité, et notamment 45 % ignorent qu'ils peuvent avoir un soutien financer, 34 % des horaires aménagés en fonction des besoins parentaux. Elles sont encore 77 % de femmes (et 68 % d' hommes) à juger que la parentalité est insuffisamment prise en compte dans l’organisation du temps et des lieux de travail (missions, déplacements), et 7 % à ne pas connaître l'existence d'un système de compensation de la pénalisation des carrières féminines après un congé maternité « Continuer à laisser en silence les femmes devoir arbitrer entre l’exercice de la parentalité et leur carrière professionnelle conduit à les enfermer dans le "plafond de mère", et figera les inégalités », a indiqué l'Ugict-CGT dans un communiqué de presse du 25 février, qui fait suite à l'enquête du CSEP. « La parentalité est un investissement collectif et un choix de société », conclut l'Ugict.

C. Padych

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »