logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Le Crédit Agricole propose un socle social commun pour tous ses salariés dans le monde

xx Actualité sociale xx


RSE

Le Crédit Agricole propose un socle social commun pour tous ses salariés dans le monde

Le groupe Crédit Agricole SA a signé, le 31 juillet, avec UNI Global Union, un accord-cadre international portant sur les droits humains, les droits fondamentaux du travail et le développement du dialogue social.  Applicable jusque fin 2022, ce texte constitue un socle de référence, dans 47 pays où le groupe est implanté. Il prévoit de généraliser, au plus tard le 1er janvier 2021, le congé maternité rémunéré de 16 semaines. De plus, le Crédit Agricole s’engage à limiter les impacts négatifs des technologies du digital.

09/08/2019 Liaisons sociales quotidien, 09/08/2019

Revendiquant la place de premier gestionnaire d’actifs européen et de « premier arrangeur mondial d’obligations vertes, sociales et responsables », le Crédit Agricole SA a établi un projet RH, qui veut faire du groupe, « l’employeur préféré, dans les services financiers, en France et dans le Top 5 en Europe ». Le chemin emprunté par la banque pour y parvenir passe notamment par la signature avec UNI Global Union, le 31 juillet, d’un accord-cadre international renforçant son engagement humain. Ce texte concerne les 75 000 collaborateurs du groupe implantés dans 47 pays. En France, son champ inclut les salariés de LCL, mais pas ceux des fédérations régionales du Crédit Agricole (CA). Toutefois, la Fédération nationale du CA, présente à la signature de l’accord-cadre, soutient la démarche.

Instituer un dialogue social de qualité

Partant du constat que la concertation est un « vecteur clé » pour obtenir la confiance des partenaires sociaux, le groupe invite les entités à informer de façon régulière les représentants des salariés et à échanger sur la stratégie du groupe et ses adaptations à leur environnement. Ce qui permettra au groupe, souligne l’accord, de faire face dans les meilleures conditions aux transformations technologiques, économiques, sociales ou réglementaires importantes du secteur bancaire.

Par ailleurs, pour permettre aux salariés de planifier le long terme et « renforcer la confiance mutuelle » entre la direction et les salariés, tout plan de restructuration, à l’impact important sur l’emploi au sein d’une entreprise du groupe « sera annoncé en temps utile ». Un dialogue sera engagé dès le début du processus entre les représentants des salariés et ceux de la direction locale pour rechercher des solutions socialement responsables, avec une attention particulière en cas de licenciements collectifs.

Respecter le principe d’égalité

Le Crédit Agricole SA s’engage à ce que la composition de son corps social soit le reflet des sociétés dans lequel il opère. Il réaffirme le principe d’égalité des chances pour l’ensemble des salariés à chaque étape de leur parcours professionnel. Et, il prend un engagement d’inclusion des salariés en situation de handicap. Il veillera également à conserver un équilibre dans le recrutement entre les femmes et les hommes. La part respective des femmes et des hommes parmi les candidats choisis devra correspondre à celle enregistrée parmi l’ensemble des candidats. Elle devra également contribuer à renforcer la mixité du métier concerné. Autre engagement : la rémunération à l’embauche ne tiendra en aucun cas du genre de la personne recrutée. Elle tiendra compte, insiste l’accord, du niveau de formation et d’expérience acquise et au type de responsabilités confiées.

De son côté, UNI Global Union rappelle, dans l’accord, sa volonté d’assurer la présence de 40 % de femmes dans ses instances décisionnelles.

Former ses salariés

Les sociétés du groupe formeront leurs salariés tout au long de leur vie professionnelle, quelle que soit leur catégorie, au moyen de dispositifs adaptés.

Elles veilleront à « maintenir et développer les aptitudes et compétences transverses (cognitives, sociales, situationnelles, etc.) rendues nécessaires par l’accélération du rythme d’obsolescence des compétences techniques ».

La banque recommande à ses entités de notamment veiller à ce que la formation soit dispensée, pendant les horaires de travail, en présentiel ou en e-learning selon le contexte et les objectifs poursuivis.

Poursuivre sa politique parentale et celle de bien-être au travail

Le Crédit Agricole SA s’engage à offrir un environnement de travail dans lequel les salariés sont « traités avec respect et dignité ». Il « réitère » et précise donc sa volonté de prévenir et lutter contre le harcèlement moral ou sexuel.

Dans le cadre de sa politique parentale, outre le respect des normes internationales et européennes, le groupe s’engage à ce qu’à compter du 1er janvier 2021 (en tout état de cause, au terme de l’accord), l’ensemble de ses salariés bénéficie d’un congé maternité rémunéré de 16 semaines. Il assurera à toutes les bénéficiaires au moins le maintien de la rémunération fixe. À son issue, chacune sera assurée de retrouver son poste ou un poste équivalent.

Les entités du groupe sont encouragées à mettre en œuvre des dispositifs tels que des congés d’adoption ou de paternité, prenant en compte la diversité des situations de (co-) parentalités.

Concernant la politique de prévoyance, le groupe s’engage à réaliser un état des lieux de l’ensemble des dispositifs en vigueur dans les entités et relatifs à la santé, l’incapacité, l’invalidité et le décès. Cette analyse permettra de situer les pratiques des entités du groupe par rapport à leur contexte national et professionnel.

S’engager en faveur de la RSE

S’agissant de sa politique de responsabilité sociétale d’entreprise (RSE), le groupe a adhéré à plusieurs chartes (diversité, parentalité, droits humains, etc.), et plus récemment encore, a publié sa charte éthique et son code de conduite. Ainsi, il participe, illustre l’accord, à la promotion de la santé, l’éducation, de la culture et du respect des droits humains dans les territoires où il est implanté. Au nom du principe de cohérence, il se comportera de façon à ne pas être le complice involontaire de violations des droits de l’Homme.

Pour évaluer sa politique RSE, le Crédit Agricole SA utilisera l’indice d’engagement et de recommandation (IER). Ce dernier mesurera le degré de satisfaction de son personnel grâce à des enquêtes de terrain. Les résultats feront l’objet d’échanges avec UNI Global Union.

Prévenir les effets négatifs de la digitalisation de l’activité

À l’avenir, la banque s’efforcera de limiter les impacts négatifs des technologies du digital sur les salariés et leurs conditions de travail. Elle s’y emploiera, notamment grâce à des échanges avec les représentants des salariés. Elle s’engage également à poursuivre et développer ses efforts de formation de ses salariés en réaffirmant que leur employabilité est un « facteur essentiel de succès et, de ce fait, constitue une priorité ». La digitalisation peut également avoir des effets négatifs en matière de collecte et d’utilisation des données personnelles des salariés. Pour les prévenir, la banque se réfère à la liste des dix grands principes destinés à assurer la protection et la confidentialité des données des travailleurs publiés par UNI Global Union. Enfin, Crédit Agricole SA s’engage à respecter les principes de licéité, loyauté et transparence des traitements des données personnelles des salariés. Cet engagement s’accompagne d’autres, portant sur la limitation des finalités de la collecte de données, la minimisation des informations collectées, le droit à rectification, la durée de conservation et la sécurité de traitement.

 

Accord-cadre international du 31 juillet 2019 définissant le socle social des salariés de Crédit agricole SA dans le monde

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »