logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
SSTI : vers une interopérabilité des systèmes d’information

xx Actualité sociale xx


SANTÉ AU TRAVAIL

SSTI : vers une interopérabilité des systèmes d’information

Le GIE pour un portail national d’échanges en santé au travail (PEST) devait adopter en CA, le 11 septembre, son cahier des charges pour un déploiement au second semestre 2020.

11/09/2019 Protection sociale informations, n° 1182

C’est le GPO du Comité d’orientation des conditions de travail (Coct) qui leur a soufflé l’idée, déjà en germe dans le troisième plan Santé au travail (PST3). Le 31 juillet 2017, les partenaires sociaux ont adopté une déclaration en faveur de «données en santé au travail au service de la prévention » : « En ce qui concerne l’activité des services de santé au travail
interentreprises(SSTI), il conviendra de disposer au plan national d’outils de gestion informatique interopérables», notamment pour le suivi des contrats courts. Depuis, huit SSTI (ACMS, AST67, Agemetra, AST Grand Lyon, AISMT 13, CMIE, Pôle Santé Travail, SSTRN), qui couvrent un quart des salariés, ont planché sur un projet plus ambitieux : un PEST, ouvert à tous les SSTI agréés et leurs 15 millions de salariés, pour un investissement global d’1M€. L’idée : créer un portail d’échanges de données – sur les carrières (cursuslaboris) et de nature médico-professionnelle – qui puisse s’interconnecter, grâce à des API, avec la douzaine de logiciels existants dans les STTI. À côté, le GIE développera une simple base de données pour les contrats courts, à laquelle pourront accéder les sociétés d’interim.
En janvier, ces SSTI ont créé un groupement d’intérêt économique (GIE), avec un comité de pilotage, un comité technique et un comité des DSI. Les statuts ont été déposés en février: tout SSTI, moyennant un droit d’entrée forfaitaire de 5 000 €, peut adhérer, en s’engageant à partager ses données. Le CA, constitué des huit membres fondateurs, pourra s’étoffer d’un administrateur partranche de 20 adhérents, jusqu’à 16 membres. Désormais, le projet entre dans sa phase d’exécution : le cahier des charges finalisé, le GIE va choisir le prestataire pour la maîtrise d’œuvre,
puis l’hébergeur de données.

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »