logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Renault prend de nouveaux engagements pour l’égalité et la mixité sur quatre ans

xx Actualité sociale xx


Égalité et Diversité

Renault prend de nouveaux engagements pour l’égalité et la mixité sur quatre ans

Renault applique depuis le 1er septembre 2019 un nouvel accord en faveur de l’égalité professionnelle et de la mixité. Ce texte, conclu le 2 août et qui s’appliquera durant quatre ans, fixe pour objectifs à l’entreprise de recruter 30 % femmes et d’employer 30 % de femmes en alternance ou en stage, tous métiers confondus. En matière de rémunération, Renault s’approprie l’index de l’égalité.

30/10/2019 Liaisons sociales quotidien, 30/10/2019

La direction de Renault SAS et les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC et FO ont conclu, le 2 août 2019, un nouvel accord « en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et la mixité dans l’entreprise ». Celui-ci estime que le précédent accord, datant du 19 janvier 2018 (v. l’actualité nº 17528 du 12 mars 2018), et, plus généralement, la politique « ambitieuse » engagée dès les années 2000 « portent leurs fruits et que Renault a des pratiques vertueuses en la matière ». Les nouvelles dispositions, qui prendront fin en août 2023, tendent à « conserver la dynamique engagée de longue date ». Au-delà, les signataires souhaitent « orienter les nouvelles mesures à destination de l’évolution des parcours professionnels et de la bonne conciliation vie personnelle/-professionnelle ».

Mixité des recrutements

Souhaitant poursuivre ses efforts en matière de féminisation des effectifs, Renault poursuivra le déploiement d’actions en direction du milieu éducatif, pour renforcer son attractivité. Ainsi, l’entreprise renouvelle ses objectifs de recrutement de femmes dans la continuité de sa « politique jeunes ». L’objectif fixé de 30 % de femmes en alternance ou en stage sera suivi par deux indicateurs spécifiques. Son atteinte sera recherchée grâce à des partenariats avec des associations, l’accord citant plus spécifiquement l’association « Elles bougent ».

Les engagements en matière de recrutement sont quant à eux suivis à partir d’indicateurs, dont l’un, celui qui présente la part des femmes selon le statut dans les effectifs, permet de mesurer l’évolution depuis 2001. L’effort de mixité devant concerner tous les métiers, « il est convenu de fixer un objectif de 30 % de recrutements de femmes, en effectuant une distinction entre les cols bleus et les cols blancs ». Afin de sensibiliser les équipes de recrutement au principe de non-discrimination à l’embauche, une formation sur ce thème leur sera dispensée au moins une fois tous les cinq ans.

Mentorat et tutorat

S’agissant de l’évolution des parcours professionnels, l’entreprise affirme sa volonté de « promouvoir systématiquement la réussite professionnelle » des femmes comme des hommes. Renault se fixe pour objectif d’atteindre 25 % de femmes aux « postes clés » (contre 22,2 % en 2018). De plus, pour « soutenir le développement professionnel des femmes dans les différentes phases de leur carrière », l’accord pérennise le mentorat testé depuis 2012. Le mentor – qui peut aussi bien être un homme qu’une femme – prend « l’engagement d’écouter, de conseiller, mais aussi de partager avec transparence son expérience ». Le mentorat complète les dispo-sitifs de tutorat, eux aussi centrés sur la transmission des connaissances.

Par ailleurs, la direction indique dans sa communication externe consacrée au respect de la diversité qu’un réseau social interne, nommé Women@Renault réunit quelque 5000 membres, dont 25 % d’hommes, qui échangent pour trouver les meilleures solutions en matière de mixité.

Égalité de rémunération

Renault réaffirme son engagement sur l’égalité en matière de rémunération. Les signataires décident d’utiliser l’index de l’égalité professionnelle que les pouvoirs publics ont instauré, afin d’en « pousser la logique » et d’en faire « un des piliers » de leur politique d’égalité salariale. Les partenaires sociaux prévoient le suivi, dans les établissements, d’indicateur, qui équivaudront aux trois premiers indicateurs de l’index d’entreprise. En outre, ils créent un droit d’alerte entraînant, le cas échéant, la mise en œuvre de plans d’action si de mauvais résultats à l’index d’entreprise étaient constatés.

Simultanément à la conclusion de ces différentes dispositions, Renault a rendu publics les résultats de l’index de -l’égalité femmes/hommes 2019 relatif à l’année 2018 pour le périmètre de la métallurgie. Renault SAS se voit attribuer 94 points, tandis que deux filiales de plus de 1 000 salariés – la société de véhicules automobiles de Batilly et Maubeuge Construction Automobile (MCA) – obtiennent respectivement un score de 84 et 77 points. Parmi les entreprises employant de 250 salariés à 1 000 salariés, Alpine obtient 92 points.

Par ailleurs, l’accord fixe les règles d’évolution du salaire durant un congé de maternité et au retour.

Prise en compte de la vie personnelle

Reprenant des dispositions des précédents accords d’égalité, l’accord s’appuie aussi sur celui relatif au télé-travail, du 7 février 2019 (v. l’actualité nº 17764 du 27 février 2019), et, au titre du respect de la diversité, sur celui en faveur des personnes en situation de handicap, du 15 décembre 2017 (v. l’actualité nº 17505 du 7 février 2018).

La prise en compte des contraintes d’une PMA (procréation médicalement assistée) est maintenue. Le don de jours reste organisé. En revanche, les dispositions relatives aux congés pour enfant malade évoluent. Le droit est fixé à quatre journées d’autorisation d’absence (pouvant être prises en demi-journées) par année civile, indemnisées à 100 %, dès lors que l’enfant est âgé de moins de 14 ans. Il est également accordé trois jours indemnisés à 75 % en cas de pathologie grave d’un enfant de moins de 14 ans. Enfin, pour prendre en compte la situation des familles monoparentales, l’entreprise accorde (sous conditions) deux jours d’absence autorisée non payée. Il est également désormais prévu que les salariés en congé parental d’éducation puissent (à partir de janvier 2020) monétiser de l’épargne-temps pour compléter leur rémunération.

À noter enfin que, dans le cadre de « l’équilibre nécessaire entre vie professionnelle, engagement syndical et vie personnelle », l’accord de 2019 conserve la règle selon laquelle les réunions de négociation et les réunions des IRP (CSE notamment) ne se tiennent pas le mercredi, sauf urgence.

 

Accord du 2 août 2019 en faveur de l'égalité entre les hommes et les femmes chez Renault

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »