logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Satisfaits de leur situation professionnelle, les cadres attendent davantage de leur employeur

xx Actualité sociale xx


Etude

Satisfaits de leur situation professionnelle, les cadres attendent davantage de leur employeur

Satisfaits de leur situation professionnelle dans un marché de l'emploi au beau fixe, les cadres font pourtant grise mine, selon les résultats de l’étude Cadremploi/Ifop dévoilée le 19 novembre.

19/11/2019 Liaisons-sociales.fr

Un marché de l'emploi cadre exceptionnel (vers 281 600 créations d'emplois fin 2019) avec un taux de chômage inférieur à 4 %, des cols blancs à 80 % satisfaits de leur situation professionnelle - 18 % sont même très satisfaits - estimant, là encore à 80 %, que leur carrière est en adéquation avec leurs souhaits… Les cadres hexagonaux pourraient nager dans le bonheur à la première lecture de l’étude Cadremploi/Ifop intitulée "Rapport au travail, perception du marché : où en sont les cadres ?" « Même si certains indicateurs de satisfaction sont un peu moins élevés chez les femmes cadres et les salariés affichant les rémunérations les plus basses, ils se hissent à des niveaux exceptionnels », a commenté Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop, lors de la présentation de cette étude.
 
Résultats en trompe-l'œil
 
Et pourtant les cols blanc font la moue. « Notre étude révèle des signaux faibles qui peuvent s'avérer inquiétants », a confirmé Thibaut Gemignani, CEO de Cadremploi. Ainsi, si 57 % des cadres font état d'une motivation au travail "stable", 30 % estiment qu'elle diminue. Le chiffre atteint même 41 % chez les cadres non encadrants. Les sondés expriment en outre un rapport ambivalent au travail. Loin derrière ce sentiment d'épanouissement affiché, ils sont 36 % à juger leur travail en des termes négatifs. 23 % des cadres se disent ainsi stressés, tandis que 13 % s'ennuient au boulot. Aussi, près d’1 cadre sur 2 déclare aller au travail à reculons de temps en temps.


Manque de reconnaissance
 
Manifestement, les cadres souffrent d'un manque de reconnaissance. 61 % ne perçoivent ainsi aucun signe d’évolution en interne et 59 % déplorent l'absence d’augmentation salariale. Plus grave : 58 % ne se sentent plus en adéquation avec les valeurs de l’entreprise, et 57 % ont le sentiment de plus rien apprendre au travail.
Alors les cadres sont-ils prêts à quitter leur entreprise, d'autant que 58 % déclarent être à un tournant de leur carrière professionnelle ? C'est l'autre paradoxe cette enquête. 43 % des sondés considèrent en effet que changer d'emploi est un risque, et seuls 10 % d'entre eux ont démissionné cette année, « ce qui constitue cependant un turnover record », a nuancé Thibaut Gemignani. Derrière la notion de risque et les considérations financières, les cols blancs mettent notamment en avant des freins liés à la vie personnelle pour justifier leur refus de mobilité. « Les cadres souffrent du syndrome de Peter Parker, alias Spiderman. Ils ont des capacités de super héros, mais ils n'ont pas conscience de leurs pouvoirs sur les entreprises » a résumé Fréderic Dabi. Pourtant 57 % des sondés estiment être en position de force au moment de l'embauche et 43 % tout au long de leur parcours dans l'entreprise.

J-F. Rio

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »