logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Pénibilité et fins de carrière : le gouvernement se donne 15 jours pour fixer de « grandes orientations »

xx Actualité sociale xx


RETRAITE

Pénibilité et fins de carrière : le gouvernement se donne 15 jours pour fixer de « grandes orientations »

Une concertation expresse sur l’amélioration de la prise en compte de la pénibilité au travail et de l’emploi des seniors sera menée du 8 au 21 janvier, a annoncé Muriel Pénicaud, le 7 janvier, à l’issue d’une première réunion avec les partenaires sociaux consacrée à ces deux sujets. 

09/01/2020 Liaisons Sociales quotidien, 09/01/2020

Pénibilité et fins de carrière : le gouvernement se donne 15 jours pour fixer de « grandes orientations » © Cecilie_Arcurs - Getty images

SUR LE MÊME THÈME

Objectif : définir, avant le passage du projet de loi de réforme des retraites en Conseil des ministres le 24 janvier, les « grandes orientations ». Ces pistes seront précisées les semaines suivantes avant d’être insérées dans le texte en première lecture au Parlement.

La réunion multilatérale sur la réforme des retraites du 7 janvier introduite par le Premier ministre (v. l’article page 1) s’est poursuivie par une seconde réunion de même format sur la pénibilité et l’emploi des seniors. Cette dernière a été menée par la ministre du Travail, avec le secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, chargé des Retraites. La ministre a détaillé à cette occasion le calendrier de la concertation qu’elle va mener au cours des 15 prochains jours, destinée à définir des « grandes orientations » qui pourront être intégrées au projet de loi sur les retraites lors de son examen en première lecture.

Des bilatérales et deux multilatérales

Des réunions bilatérales sont prévues du 8 au 10 janvier avec les organisations syndicales et patronales. Elles seront suivies d’une première réunion multilatérale le 14 janvier qui permettra de « faire le point sur la pénibilité ». Le même jour, la ministre du Travail recevra le rapport de Sophie Bellon, présidente du conseil d’administration de Sodexo, qui avait été chargée d’une mission sur « le maintien des seniors dans l’emploi ». Ce qui permettra d’engager les discussions sur ce volet de la concertation, avec, là aussi, une semaine pour aboutir à des pistes d’ici à la seconde réunion multilatérale programmée le 21 janvier.

Pénibilité en trois volets

Premier thème à traiter : la pénibilité des conditions de travail. Selon Muriel Pénicaud, « on doit avancer sur trois sujets » : « la prévention », « la reconversion » et « la réparation ».

Sur la prévention, « on n’est pas très bon en France », a estimé la ministre, pour qui cette question pourra faire aussi partie de « la négociation sur la santé au travail qui va s’ouvrir prochainement ».

Sur la reconversion, « nous allons examiner la possibilité d’avoir un vrai congé pour changer à mi-parcours vers des métiers moins difficiles », car « un couvreur ne peut pas monter sur les toits à 55 ou 60 ans », a-t-elle jugé.

Quant à la réparation, « ce sont les conditions dans lesquelles on peut partir plus tôt [à la retraite, Ndlr], comment améliorer les dispositifs existants ».

Selon le gouvernement, un peu plus de 1,5 million de salariés ont actuellement « un compte professionnel de prévention » qui peut financer une formation, un temps partiel sans perte de salaire ou un départ anticipé dès 60 ans. Sur la demande des syndicats de rétablir les quatre critères – sur les dix – supprimés du compte en 2017 (port de charges lourdes, postures pénibles, vibrations mécaniques et agents chimiques dangereux), Muriel Pénicaud a différencié le critère chimique « qui est en suspens ». Sur les trois critères posturaux, « on ne peut pas les mesurer chaque jour personne par personne », a-t-elle dit, en parlant plutôt de « conforter la prise en charge » de ceux qui souffrent d’une incapacité de travail due à ces facteurs.

Gestion des fins de carrière

Concernant la gestion des fins de carrière, la ministre du Travail a évoqué notamment le développement de « la retraite progressive, qui correspond à une aspiration » et permet « d’aménager les fins de carrière et de valoriser l’expérience ». Elle a aussi envisagé de favoriser l’accès au temps partiel et de mieux « valoriser l’expérience », en utilisant les compétences des seniors « dans une association, une PME, en créant une entreprise, par le tutorat, la transmission… ».

Avec l’AFP

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »