logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
L'Anses, nouveau gendarme de la santé au travail

xx Actualité sociale xx


Santé au travail

L'Anses, nouveau gendarme de la santé au travail

Un nouveau venu fera son apparition dans le paysage de la santé au travail, le 1er juillet prochain : l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), établissement public qui fédérera l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et l'Agence française de sécurité de l'environnement et du travail (Afsset).

24/06/2010 Gestion Sociale, N° 1648 du 24/06/2010

L'Anses, nouveau gendarme de la santé au travail

SUR LE MÊME THÈME

Un rapprochement précédé de nombreux débats et rapports, dont celui du conseiller d'État Thierry Tuot. Le champ de compétence du futur organisme est vaste : de la surveillance des boissons dégrisantes en tête de gondoles, jusqu'aux risques d'exposition aux produits chimiques dans les usines.

Il s'agit, explique le gouvernement, de « faciliter une approche plus globale des risques et de leur impact sur la santé, et de rationaliser la mobilisation de l'expertise, souvent peu nombreuse dans des domaines très pointus ».

Aux commandes de cet organisme en devenir depuis septembre 2009, Marc Mortureux, qui dirigeait l'Afssa. L'ex-DG adjoint de l'Institut Pasteur, ancien directeur de cabinet de Luc Chatel, alors secrétaire d'État à la consommation et à l'industrie, n'aura pas la tâche si aisée qu'il y paraît. Même s'il a disposé d'un délai de neuf mois pour préconfigurer l'Agence, en façonner les structures et roder le fonctionnement.

Pas facile de gagner la confiance de toutes les équipes. À l'Afsset, qui ne compte qu'environ 150 salariés, beaucoup ont le sentiment de vivre une OPA de la « grande maison d'en face » qu'est l'Afssa, forte d'une armée de 1 100 collaborateurs. Ils attendent avec impatience l'organigramme officiel et la gouvernance de l'Anses, en guettant la place qu'y occupera leur jeune patron, Martin Guespereau. Censé travailler en binôme avec Marc Mortureux, il se fait discret.

L'inquiétude persiste également dans les rangs des partenaires sociaux (organisations patronales, syndicats et associations) qui siègent au conseil d'administration de l'Afsset. Ils se demandent si la nouvelle institution, qui répond – aussi – à des impératifs d'économies, ne verra pas ses missions diluées, au moment où émergent de nouvelles atteintes liées aux radiofréquences, aux nanomatériaux ou aux risques psychosociaux.

Rien qu'en 2009, le ministère du Travail a fait plancher l'Afsset sur les fibres d'amiante, les éthers de glycol et les agents cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR). La même disponibilité sera-t-elle de mise au sein de l'Anses ? « Il appartient à la nouvelle institution de démontrer que la fusion correspond à une plus-value », rassure le directeur général du travail, Jean-Denis Combrexelle.

À Maisons-Alfort, siège de l'Anses, on se veut serein. Par exemple, note Jean Lesne, chef de département recherche, veille et international de l'Afsset, l'appel à projet de recherche sera maintenu, ainsi que les partenariats. Et les synergies joueront à plein.

 

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »