logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Médecine du travail : les syndicats se résignent

xx Actualité sociale xx


Médecine du travail

Médecine du travail : les syndicats se résignent

Président de l’association Santé et médecine du travail (SMT), Dominique Huez ne s’embarrasse pas de nuances. Au nom de son organisation, qui fédère des médecins du travail mais aussi ...

22/09/2010 Gestion Sociale du 23/09/2010

des experts scientifiques et des professionnels du social, il s’emporte contre la réforme glissée par le gouvernement dans la loi portant réforme des retraites : « La médecine du travail disparaît comme institution chargée exclusivement de prévenir les altérations de la santé du fait du travail.


Le service de santé au travail nouvellement défini par cette loi va mettre à la disposition des obligations de prévention spécifiques des employeurs une partie de ses ressources. »


Son analyse est partagée par le Syndicat général des médecins du travail (SGMT). Son président, Bernard Salengro, n’a pas de mots assez durs pour qualifier le volet santé du texte adopté par l’Assemblée nationale le 15 septembre dernier.


Pour le Monsieur santé de la CFE-CGC, « ce n’est ni plus ni moins qu’un transfert de pouvoir et de mission du médecin du travail à l’employeur.
On revient à la médecine du travail instituée par Pétain ».

Qui plus est, « en catimini, sans véritable débat ».


Le Syndicat national des professionnels de la santé au travail (SNPST) en rajoute une couche, parlant de « hold-up sur la santé au travail », car « cette loi, copie conforme du projet du Medef, va donner les pleins pouvoirs au patronat au détriment des salariés ».


Et si le Conseil national de l’ordre des médecins observe une certaine réserve, l’organisation professionnelle présidée par Michel Legmann avait tenu à rappeler, en juin dernier, les principes déontologiques devant présider à la réforme, notamment en ce qui concerne l’indépendance des praticiens, qui « ne doit pas être altérée par de nouvelles règles de gouvernance des services de santé au travail ».


Sa mise en garde n’a pas infléchi l’orientation du projet présenté par le ministre du Travail, Éric Woerth. Au milieu de ces récriminations, un des experts les plus écoutés, le professeur Paul Frimat (Université Lille 2) appelle à la modération. « Que chacun d’entre nous en prenne conscience, en l’absence de cette réforme législative, il est clair que les discussions sur la santé au travail auraient débuté en 2013 », dit-il à ses confrères.


Tout en soulignant les lacunes du texte (formation, procédures d’agrément, santé au travail dans la Fonction publique, etc.), il estime « important de réagir positivement. S’opposer à toute évolution conduira à des situations difficiles ».


Seuls les sénateurs, que les organisations professionnelles bombardent de courriers, peuvent encore modifier, en profondeur, le volet santé. En réalité résignées, la plupart des confédérations syndicales n’y croient pas. Leurs mobilisations se concentrent sur la question des retraites, objet principal de la loi.

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »