logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Prévention du stress chez Eurodisney

xx Actualité sociale xx


Accords d'entreprise

Prévention du stress chez Eurodisney

Un accord relatif à la politique de prévention, d’évaluation et de traitement du stress au travail et des risques psychosociaux a été conclu, chez Eurodisney, le 1er septembre, entre la direction et les syndicats CFDT, CFE-CGC, CFTC et CGT.

29/09/2011 Liaisons Sociales Quotidien, 29/09/2011

Prévention du stress chez Eurodisney

SUR LE MÊME THÈME

Ce texte inclut un titre consacré à la lutte contre le harcèlement et la violence au travail. En complément de l’accord, Eurodisney rappelle avoir signé en septembre 2010 avec les pouvoirs publics un accord visant à améliorer les transports et l’offre de logements sociaux.

Accompagner les changements

En préambule, les signataires affirment leur souhait de mener une politique volontariste à tous les niveaux d’Eurodisney, la direction désirant au surplus « contractualiser les pratiques de prévention, développées au sein de l’entreprise depuis plusieurs années, dans le cadre d’un contrat de partenariat ». Estimant que « Disneyland Paris connaît de nombreux changements d’ampleur », notamment à cause de l’adaptation de son offre aux attentes des visiteurs, les signataires soulignent l’évolution fréquente des processus de travail, des outils et des organisations, notamment l’arrivée de nouveaux responsables. La direction s’engage, dans ce cadre, à ce que les arbitrages prennent en compte la dimension sociale de chaque projet, « en veillant tout particulièrement au bien-être des équipes ». Les changements d’ampleur, c’est-à-dire ceux sur lesquels sont consultés le CE et le CHSCT central, ou, le cas échéant un CHSCT d’établissement, sont des sources de risques psychosociaux et de stress. Les projets doivent donc être conduits en uniformisant des pratiques garantissant aux salariés, notamment :

– le choix d’un pilote de projet effectué en prenant en compte la capacité du futur responsable à communiquer et à donner du sens à son projet ;

– un accompagnement par le responsable RH des équipes concernées ;

– une information « au plus tôt » du médecin du travail et, si nécessaire, le recours à une phase de transition ;

– un « plan d’implication » des salariés concernés et des délégués du personnel, permettant un « partage des constats et des enjeux ».

Prévenir le stress au travail

L’accord, qui se réfère à l’ANI du 2 juillet 2008 pour la définition du stress, prévoit la mise en place progressive, à partir de janvier 2012, dans chaque établissement, d’un groupe de travail sur la prévention des risques psychosociaux, réunissant, chaque trimestre, la direction, le médecin du travail, deux membres du CHSCT et deux délégués du personnel, bénéficiant, chacun, d’un crédit d’heures de dix heures par mois. Chaque groupe de travail disposera d’un outil d’évaluation des risques psychosociaux, « simple, réactif et calé sur la vie des équipes », identifiant une fois par an des secteurs prioritaires grâce à huit critères (par exemple les pratiques managériales), évaluant ensuite les risques dans les secteurs prioritaires à partir de six facteurs (par exemple, la quantité de travail à accomplir) pour décider si un plan d’actions est ou non requis.

Pour leur part, les médecins et les infirmières de santé au travail utiliseront les questionnaires HAD(Hospital Anxiety and Depression Scale). Ce questionnaire pourra être utilisé individuellement, lors de la visite médicale, sur proposition du médecin du travail. La prise en charge de la « souffrance psychique » sera améliorée, la direction s’engageant, par exemple, à ce que chaque salarié puisse obtenir, en cas d’urgence, un rendez-vous avec une assistante sociale dans les 24 heures. Elle s’engage aussi à réaliser pour le personnel un livret d’information indiquant les personnes capables d’écouter, d’aider ou d’accompagner en cas de situation de souffrance psychique.

Lutter contre la violence au travail

Les dispositions sur la lutte contre le harcèlement et la violence au travail se réfèrent à l’ANI du 26 mars 2010. Eurodisney rappelle avoir transposé dans le règlement intérieur la procédure d’alerte prévue par la loi (C. trav., art. L. 2313-2). Cette procédure permet aux délégués du personnel de demander à l’employeur une enquête conjointe en cas d’atteinte à la santé physique ou mentale d’un salarié. « Soucieuse de garantir l’intégrité physique et mentale de ses salariés », Eurodisney s’engage à tout mettre en œuvre pour prévenir et faire cesser tout fait de harcèlement ou de violence au travail. Par ailleurs, « faisant partie intégrante des risques psycho­sociaux », le harcèlement et la violence seront pris en compte par les groupes de travail dans l’évaluation des risques psychosociaux.

Accord du 1er septembre 2011 sur les risques psychosociaux, la violence au travail chez Eurodisney

www.wk-rh.fr/actualites/upload/Eurosdisney-rpsy.pdf

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »