logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
71 % des jeunes diplômés de 2011 sont en emploi l'année suivante

xx Actualité sociale xx


EMPLOI ET CHÔMAGE

71 % des jeunes diplômés de 2011 sont en emploi l'année suivante

Avec 71 % de jeunes diplômés de 2011 en emploi l'année suivante, la situation des jeunes ne s'améliore pas, note l'Apec dans une étude publiée le 3 octobre. Cette proportion est, en effet, identique à celle de la promotion 2010, et largement en dessous du niveau d’avant crise (77 %). Ainsi, malgré une légère amélioration des conditions d'emploi des jeunes diplômés, le pessimisme gagne du terrain.

05/10/2012 Liaisons Sociales Quotidien, 05/10/2012

« La vigilance est de mise, car le marché de l’emploi des cadres s’est fragilisé, et les entreprises ont l’intention de recruter moins de débutants qu’auparavant. Ainsi, tout laisse à penser qu’une dégradation sensible devrait être à l’œuvre dans les prochains mois », prévient Jean-Marie Marx, directeur général de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) pour introduire l’enquête sur la situation en 2012 des diplômés de 2011, rendue publique le 3 octobre.
 
Une situation inchangée pour les jeunes diplômés
 
En avril 2012, plus de sept jeunes sur dixétaient en poste l’année suivantl’obtention de leur diplôme(Bac + 4 et plus). Ce taux est le même que celui de la promotion antérieure, mais reste inférieur à celle de la situation d’avant-crise, en 2008, où 77 %de ces jeunes diplômés étaient en poste. Comme l’année précédente, les titulaires d’un diplôme d’écoles d’ingénieurssont les plus favorisés (80 % sont en emploi, contre 69 % des titulaires de diplômes universitaires). Pas d’évolution non plus sur les principaux aspects de l’accès à un premier emploi : la
durée moyenne de recherche d’emploi est toujours de deux mois, et la réponse aux offres d’emploi, notamment par Internet, reste le meilleur moyen pour être embauché. Seule différence par rapport à la promotion 2010 : les jeunes diplômés de 2011 sont un peu plus nombreux à entamer leur recherche avant même l’obtention de leur diplôme.
 
Une légère améliorationdes conditions de travail
 
Selon l’Apec, la part des jeunes diplômés ayant obtenu un CDIcontinue de progresser cette année: elle est de 56 %, contre 54 % pour la promotion 2010 et 47 % pour celle de 2009. C’est pour les anciens élèves des écoles d’ingénieurs et de commerce que cette hausse est surtout notable (respectivement + 6 points et + 5 points entre 2011 et 2010), tandis que la stabilité prime pour les diplômés d’universités (+ 1 point).
 
Le statut de cadrereste majoritaire chez les jeunes diplômésen emploi, mais il est en baisse par rapport à l’année dernière (63 %, soit - 2 points).
 
Malgré un contexte économique marqué par la crise, les rémunérationsdes jeunes diplômés en emploi ne se sont pas dégradées. Au contraire, l’Apec constate une augmentation régulière depuis 2009. Le salaire brut annuel s’établit à 27 900 €brut par an, contre 27 600 € pour la promotion précédente (soit + 200 €).
 
Avec 90 % de jeunes diplômés s’estimant satisfaits de leur emploi actuel, la satisfaction globale est quasi identique à celle de la promotion précédente. Cette satisfaction a pu nécessiter des concessions : 45 % des diplômés déclarent avoir dû accepter un salaire inférieur à ce qu’ils souhaitaient pour pouvoir obtenir leur poste (+4 points par rapport à 2011).
 
Le pessimisme gagne les jeunes en recherche
 
Conséquence du contexte incertain du marché de l’emploi, la part des jeunes à la recherche du premier emploireste très au-dessus des niveaux bas d’avant-crise : 23 % en 2012, contre 18 % en 2008 et 20 % en 2007. C’est quatre fois plus que la part des jeunes diplômés qui recherchent un nouvel emploi (6 %). Parmi les jeunes diplômés à la recherche d’un emploi, les niveaux Bac +4 sont les plus nombreux : 38 %, contre respectivement 28 % et 19 % pour les Bac +5 et les Bac +6 et plus.
 
En avril 2012, et comme pour la promotion précédente, les jeunes diplômés en recherche d’emploi le sont en moyenne depuis 5,2 mois. La recherche apparaît laborieuse : plus de quatre jeunes en recherche d’emploi sur dix ont envoyé plus de 50 candidatures.
 
Comme chez les jeunes diplômés en emploi, presque tous ceux en recherche d’emploi se disent prêts à faire des concessions pour obtenir un emploi. 91 % accepteraient un contrat autre qu’à durée indéterminée, 84 % seraient prêts à revoir leurs exigences salariales à la baisse et 74 % à déménager.
 
Le pessimisme gagne du terrain parmi les jeunes en recherche. Alors que 64 % des jeunes diplômés en 2010 se disaient optimistes quant à leur recherche d’emploi, ils ne sont que 60 % pour la promotion 2011, soit une baisse de six points.
 

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »