logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Les DRH à l'épreuve du contrat de génération

xx Emploi & Recrutement xx


AVANT-SCÈNE

Les DRH à l'épreuve du contrat de génération

Le président de la République, François Hollande, en a fait lui-même le constat à l’ouverture de la conférence sociale : le contrat de génération démarre lentement dans les grandes entreprises, alors que 1 000 contrats ont été signés en trois mois dans les petites sociétés où la prime de 4 000 € par convention fait son effet.

27/06/2013 Gestion Sociale, 27/06/2013

Les DRH à l'épreuve du contrat de génération

SUR LE MÊME THÈME

À ce train, l’objectif de 75 000 conventions d’ici à mars 2014 que se fixe l’exécutif semble audacieux. « Je demande aux entreprises concernées, aux organisations professionnelles, aux acteurs sociaux, d’engager au plus vite toutes les discussions », a insisté le chef de l’État. Les DRH le voudraient bien, mais le dispositif intergénérationnel s’avère moins consensuel qu’il y paraît.

Chez Orange où la négociation vient de s’engager, le DGRH, Bruno Mettling, souhaite mettre l’accent sur une douzaine de métiers sensibles, parmi les quelque 400 familles professionnelles qui existent au sein du groupe. Une sélection que plusieurs syndicats jugent trop restrictive. Et quand il dit vouloir s’appuyer sur des outils informatiques pour renforcer le transfert des savoir- faire, la CGT le soupçonne de créer un « un pseudo Wikipédia ».
Au Crédit agricole, la CFDT réclame en vain une négociation de branche. Un accord à ce niveau aurait l’avantage de s’imposer aux 39 caisses régionales et permettrait de consolider les possibilités d’embauches de jeunes, tout en mutualisant la formation des tuteurs. La Fédération nationale du Crédit agricole (FNCA), structure de tête de la banque verte, a fait le choix inverse, au nom de l’autonomie des régions. La même crispation s’observe chez Randstad et DCNS.

Dans ces entreprises, les négociateurs salariés attendent des engagements chiffrés, supérieurs à ceux contenus dans les accords seniors existant. Le spécialiste des systèmes d’information de défense, en pourparlers avec les syndicats depuis avril dernier, propose un texte qui agglomère les mécanismes actuels de formation par alternance, les dispositifs prévus dans l’accord de GPEC et ceux liés à l’accord sur le maintien des seniors dans l’emploi. Sachant que le groupe, connu pour être un champion de l’insertion, affichait déjà un objectif de 4,5 % d’alternants dans ses effectifs (12800 personnes) dès 2014, pour un coût de 5 % de la masse salariale. La CGT surenchérit néanmoins, demandant de saisir l’occasion pour relever la proportion d’apprentis recrutés en fin de parcours et pour « transformer au moins la moitié des contrats précaires en CDI ». De son côté, et depuis le début des discussions, la CFDT demande au DRH, Alain Guillou, d’améliorer le statut de tuteur, « qui aujourd’hui n’est pas reconnu comme il se doit, car il n’y a pas de réelle prise en compte du temps passé à la transmission du savoir- faire ». Même chez Auchan où le DRH, Jean-André Laffitte, promet 2 800 embauches de moins de 26 ans sur trois années, les syndicats veulent « plus d’ambition ».

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »