logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
EDF production nucléaire s’engage à recruter 2 000 salariés et à améliorer la qualité de vie au travail

xx Actualité sociale xx


EMPLOI ET CHÔMAGE

EDF production nucléaire s’engage à recruter 2 000 salariés et à améliorer la qualité de vie au travail

La Division production nucléaire d’EDF, qui gère le parc des réacteurs, répartis sur 19 sites, a signé, le 2 août, un accord sur le contrat de génération et la qualité de vie au travail, qui concerne plus de 23 000 salariés. Il est prévu 2 000 embauches d’ici fin 2015, ainsi que de porter le taux de recours à l’alternance à 5 %

20/09/2013 Liaisons Sociales Quotidien, 23/09/2013

EDF production nucléaire s’engage à recruter 2 000 salariés et à améliorer la qualité de vie au travail

SUR LE MÊME THÈME

Sous-titré « une ambition sociale pour le projet industriel du parc nucléaire », un accord du 2 août 2013 sur le contrat de génération, la GPEC et l’organisation du travail à la Division production nucléaire (DPN) d’EDF a pour ambition d’accompagner le programme d’allongement de la durée de fonctionnement des centrales nucléaires. Conclu par la direction d’EDF et les syndicats CFDT, CFE-CGC et FO, il indique, en préambule, que « l’heure est à l’intégration des arrivants, à la transmission d’une culture d’une génération à une autre ». Souhaitant « mobiliser » le personnel de la DPN, il s’inscrit dans le projet « Génération 2020 ». Le syndicat FO souligne que la DPN va être confrontée à un « papy-boom », alors que ses métiers nécessitent une formation longue, justifiant un effort de transmission des compétences et l’accent mis sur l’alternance, pour disposer ensuite de salariés rapidement opérationnels.

La fiabilité des compétences

L’accord vise à sécuriser le renouvellement des compétences pour la période 2013-2015. Pour y parvenir, il comporte un volet relatif aux embauches, qui prévoit une hausse des effectifs de 2 000 salariés fin 2015, les portant à 23 250 salariés. Cette augmentation de l’emploi permettra, pour 740 embauches, d’assumer les besoins du « grand carénage », prolongeant la durée de vie des centrales. 375 salariés supplémentaires permettront de respecter des règles « post-Fukushima ». L’accord prévoit aussi une réinternalisation d’activités liées à la protection et à la surveillance des sites, correspondant à 500 emplois. Il inclut aussi l’engagement d’embaucher 40 personnes handicapées chaque année.

Le recours à l’alternance

La DPN s’engage à accueillir au moins 4 % d’alternants de tous niveaux de formation dès cette année, puis de passer à 4,5 % en 2014 et à 5 % à la fin de 2015. Il y aura plus de 1 000 alternants en permanence à la division. Cet engagement est complété par d’autres portant sur les embauches de personnes issues de l’alternance. Ainsi, la DPN recrutera au moins 5 % de ses cadres parmi des jeunes diplômés issus de l’alternance. Ce taux est porté à une fourchette comprise entre 20 et 25 % pour les embauches du collège exécution et maîtrise. Les bonnes pratiques en matière de suivi des alternants seront identifiées, et EDF s’engage à réviser, en concertation avec les syndicats, et à appliquer rétroactivement les règles d’indemnisation des personnes en alternance qui exercent une activité au sein d’une équipe fonctionnant habituellement en continu.

Par ailleurs, un article intitulé « la reconnaissance » porte sur la prise en compte de l’implication dans le tutorat. Outre l’abondement du DIF, selon les règles en vigueur au sein d’EDF, l’accord prévoit le versement de primes (au minimum 500 €). Un autre article, intitulé « la mémoire des bâtisseurs », organise une prolongation d’emploi de seniors aux compétences « clefs » proches de leur départ en retraite.

La GPEC et les pépinières

La concertation sur la GPEC sera menée selon les règles issues de l’accord du 19 février 2013 (v. l’actualité n° 16323 du 10 avril 2013). L’accord « pérennise » le dispositif « pépinières », chacune réunissant des personnes encore en formation, avant d’exercer de manière autonome leur activité professionnelle. Afin d’anticiper le départ en retraite des salariés, les emplois « pépinières », qui seront pourvus par des embauches et des mutations, seront définis dans chaque unité. Et les salariés qui s’investissent dans l’accompagnement des pépinières pendant plus de deux ans percevront une prime de 500 €. Les syndicats disposeront d’organigrammes de ces unités, leur permettant d’avoir une vision des organisations en place, avec la position des agents. Par ailleurs, la visibilité des parcours possibles entre emplois sera renforcée, en particulier par bassins d’emploi.

La qualité de vie au travail

La DPN « réaffirme la priorité absolue », donnée à la santé et à la sécurité de ses salariés. Elle s’engage donc à anticiper les conséquences des transformations liées aux projets de la DPN, en prévenant les risques psychosociaux. Chaque projet donnera lieu à présentation aux représentants du personnel des différentes unités. EDF s’engage à respecter les temps de vie personnelle. « L’optimisation des modes et rythmes de travail sera poursuivie », notamment par l’utilisation des NTIC, réduisant le nombre de déplacements Chaque unité, sur la base d’un diagnostic des rites et des rythmes de travail, établira une charte d’engagements réciproques. La charte comportera un volet portant sur les règles d’hygiène en matière d’organisation et de temps de travail. L’accord ­prévoit aussi de partager les meilleures pratiques relatives aux sollicitations d’astreinte. La DPN prend également un engagement relatif au logement de ses salariés, puisqu’elle lancera un programme de construction de près de 3 600 nouveaux logements. Le titre consacré à la qualité de vie au travail comporte aussi des engagements sur les futurs horaires de travail pour faire face à l’augmentation du volume des travaux, notamment à cause du programme « grand carénage ».

Collaboration avec les sous-traitants

L’accord comprend encore des dispositions consacrées à l’utilisation socialement responsable de la sous-traitance. Celle-ci est « ancrée dans la culture de l’entreprise » et elle répond à des besoins en « compétences pointues », ou d’absorption de « pics de charge », précise l’accord. Les appels d’offres intégreront donc un cahier des charges sociales, incluant des obligations de reprise de salariés présents de façon permanente sur un site d’EDF, en cas de changement de titulaire du marché.

Accord du 2 août 2013 sur le contrat de génération, la GPEC et l’organisation du travail à la DPN d’EDF
www.wk-rh.fr/actualites/upload/EDF-accord-2-aout-2013.pdf

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »