logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Liaisons Sociales Magazine
Actualités RH
La CGT dans la rue, mais en panne de projet

Actualités RH


Logo Liaisons Sociales Magazine
CGT

Syndicats

La CGT dans la rue, mais en panne de projet

La CGT lance ce jeudi 16 octobre une nouvelle journée de mobilisation pour dénoncer la privatisation de la sécurité sociale. Une démonstration qui vise plus à rassembler ses forces militantes qu'à faire le plein dans les cortèges.  

par Emmanuelle Souffi 16/10/2014 Liaisons Sociales Magazine

La CGT dans la rue, mais en panne de projet
© CGT
La CGT a faiblement mobilisé contre la sécruité sociale, le 16 octobre

SUR LE MÊME THÈME

La CGT ressort à nouveau ses calicots ce jeudi 16 octobre, mais risque une nouvelle fois de ne pas faire le plein. La centrale a beau avoir lancé son appel avec ses désormais traditionnels alliés (FSU, Solidaires), elle reste isolée politiquement. Elle ne peut en tout cas pas compter sur la CFDT, qui a joué la carte du lobbying auprès du gouvernement quitte à se retrouver piégée aujourd'hui.

La CGT cherche, elle, à exister dans le camp des protestataires en rassemblant et mobilisant ses forces. Le mot d'ordre de cette journée  – dénoncer la privatisation de la sécurité sociale et les coupes prévues dans le projet de loi de financement – a d'abord été conçu pour redynamiser le tissu militant plus que pour déplacer des cortèges de salariés en colère.

"Ca n'est pas la mère de toutes les batailles. La machine CGT est en panne, elle fonctionne beaucoup à la conviction de ses militants. L'effondrement du Front de gauche l'a affaiblie et sur le terrain, on entend peu la voix des syndicats. Elle a donc besoin de remettre en route l'appareil militant", analyse Jean-Marie Pernot, chercheur à l'Institut de recherches économiques et sociales.

Mais à la CGT, on fait un peu ce que l'on veut... Dans certains endroits, l'appel du 16 octobre n'a même pas été relayé. Le redéploiement de l'organisation dans la société et la réforme des structures promise par Bernard Thibault lors du congrès de 2009 n'ont pas eu lieu. "L'autonomie fédérale est complète. L'organisation se ficelle elle-même, poursuit ce spécialiste du syndicalisme. Pour orienter, elle n'a pas d'autres choix que de convaincre".

Depuis son arrivée à la tête de la centrale cégétiste, Thierry Le Paon peine à se faire entendre. Ses valses hésitations lors de la dernière conférence sociale n'ont pas convaincu. "Aujourd'hui, la vraie question, c'est le discours : qu'est-ce-que la CGT a à dire ?" s'interroge Jean-Marie Pernot. Visiblement, elle tatonne encore...

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE


Vous devez vous identifier pour pouvoir laisser un commentaire.