logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Liaisons Sociales Magazine
Actualités RH
Le soutien déclinant de l’Etat à la mixité des métiers

Actualités RH


Logo Liaisons Sociales Magazine
Fotolia.com

Egalité professionnelle

Le soutien déclinant de l’Etat à la mixité des métiers

L'Etat aide financièrement les entreprises à embaucher des femmes sur les métiers masculins depuis les années 1980. Mais le dispositif reste peu utilisé par les employeurs, faute d'être connu et suffisamment financé.

par Catherine Abou El Khair 26/11/2014 Liaisons Sociales Magazine

Le soutien déclinant de l’Etat à la mixité des métiers
© Fotolia.com

SUR LE MÊME THÈME

Embaucher ou recruter des femmes à des postes masculins peut tenir à peu de choses ! Des exemples ? Maintenir leur rémunération pendant qu’on les forme, leur aménager des vestiaires ou des sanitaires réservés sur les chantiers, leur prévoir des tenues ou équipements spécifiques…

Ces démarches qui permettent de réduire la ségrégation professionnelle n’ont pas attendu 2014 – proclamée année de la mixité par le gouvernement - pour bénéficier d'un coup de pouce pécuniaire de l’Etat. Depuis les années 1980, les employeurs, essentiellement des PME, peuvent profiter de financements publics, actuellement baptisés contrats pour la mixité et l’égalité professionnelle (Comeep).

Utilisation des fonds en baisse

Sauf que très peu d'entreprises les sollicitent. « On constate une certaine atonie sur l’utilisation de ces contrats », confirme Françoise Geng, présidente CGT de la section du travail et de l’emploi du Conseil économique, social et environnemental (Cese). L'instance a rendu, mercredi 26 novembre, un avis sur la mixité des métiers.

En 2014, 71 contrats ont été signés avec des entreprises, contre 129 en 2013. Cette année-là, près de 3000 personnes – hommes et femmes confondus – avaient pu suivre des formations sur l’égalité professionnelle. Et environ 600 femmes avaient bénéficié d’un coup de pouce pour leur recrutement ou leur promotion sur un poste réputé « masculin ».

Signe de la crise, ce dispositif de soutien à l’emploi intéresse actuellement moins les PME du bâtiment ou des transports. Car elles embauchent moins… Or, elles figuraient jusqu'ici parmi les principaux utilisateurs du Comeep, avec l’aéronautique et l’agroalimentaire.

Possible extinction du dispositif

Autre cause du déclin, le manque d'information. Les entreprises sont rares à connaître ces cofinancements. Et pour cause, une explosion des candidatures mettrait à la peine les préfets de région, qui gèrent les crédits localement. « On rend visible un dispositif pourvu que le budget soit suffisant » assure-t-on à la direction générale de la cohésion sociale (DGCS) du ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. En charge du pilotage national de ces aides, cette dernière refuse d’indiquer le montant des enveloppes.

Le Cese s’interroge sur une possible extinction de ce dispositif vu le faible intérêt des employeurs et la priorité gouvernementale au soutien aux « territoires d’excellence ». Soit 9 régions qui se sont engagées sur l’égalité salariale dans les TPE/PME, la mixité dans les filières de formation et le retour à l’emploi après un congé parental.

La DGCS se veut pourtant rassurante. Elle indique que des lignes budgétaires sont bien maintenues pour 2015, mais avec des enveloppes en baisse.  

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE


Vous devez vous identifier pour pouvoir laisser un commentaire.