logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Entreprise & Carrières
Actualités RH
PSA s’immerge dans ses bassins d'emploi

Zoom


logo Entreprise & Carrières

Mobilité

PSA s’immerge dans ses bassins d'emploi

Le constructeur automobile s’associe aux acteurs locaux du marché de l’emploi pour lancer six plates-formes de soutien à la mobilité “sécurisée” de ses salariés vers les entreprises voisines en manque de main-d’œuvre.

par Christian Robischon 06/03/2015 Entreprise & Carrières

PSA s’immerge dans ses bassins d'emploi © Ligne de production de la DS5, à Sochaux

SUR LE MÊME THÈME

PSA donne corps à la mobilité externe sécurisée. L’outil, créé par la loi de sécurisation de l’emploi de juin 2013, trouve chez le constructeur automobile un cadre structuré d’application : les “plates-formes territoriales de mobilité et de transitions professionnelles”. Installées à l’automne dernier, elles facilitent le départ de salariés volontaires tout en leur ménageant la possibilité d’un retour pendant leur période de reconversion, comme le prévoit la nouvelle loi.

L’entreprise les a installées dans ses cinq usines françaises de montage de véhicules : Mulhouse, afin de susciter la mobilité en Alsace, Sochaux (Franche-Comté), Rennes (Bretagne), Poissy (Ile-de-France) et le site Sevelnord pour le Nord-Pas-de-Calais. Une sixième verra le jour cette année pour la Lorraine autour des usines de moteurs et boîtes de vitesse de Metz.

Redéploiement des effectifs. Le nouvel outil constitue une composante de l’accord de compétitivité “nouveau contrat social”, signé en octobre 2013, qui organise un vaste redéploiement des effectifs de PSA en France. Sa contribution à cet objectif restera marginale en quantité.

Cette année, PSA table sur quelque 250 départs après passage par une plate-forme. La mobilité externe classique, sous forme d’embauche directement négociée entre le salarié et son nouvel employeur, devrait peser au moins autant. Et le chiffre est loin des 1 500 congés seniors, des 2 000 recrutements de jeunes en alternance ou des 1 400 mobilités internes attendues.

« La plate-forme, on n’en voit pas vraiment l’effet pour l’instant, appuie Laurent Valy, délégué CFDT de l’usine de Rennes.

Pour accéder au contenu complet de l'article, vous devez être abonné.

Déjà abonné : identifiez-vous

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »