logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Entreprise & Carrières
Actualités RH
La HR tech française décolle

Zoom


logo Entreprise & Carrières
Dragonstock

Service aux RH

La HR tech française décolle

Alors que le HR Tech World Congress ouvre ses portes fin octobre à Paris, une poignée de jeunes pousses ambitionnent de marcher dans les pas de startups qui ont rencontré le succès en misant notamment sur le big data RH.

par Frédéric Brillet et Guillaume Le Nagard 06/10/2015 Entreprise & Carrières

La HR tech française décolle
© Dragonstock

SUR LE MÊME THÈME

Et de 80 ! A peine trois mois après son ouverture, Le Lab RH continue de faire le plein de startups spécialisées dans les ressources humaines. Parmi elles, des jeunes pousses qui font passer les RH à l’ère digitale, comme MyJobCompany (plateforme de cooptation), Monkey Tie (site de recrutement intégrant la culture d’entreprise) , Golden Bees (recrutement par ciblage de candidats passifs) ou encore Keycoopt (réseau collaboratif de recrutement de cadres).

Objectif de cette association loi 1901 qui, en s’ouvrant aux partenaires publics a aussi recueilli l’adhésion de Pôle emploi et du Ministère de l’emploi : « rassembler les acteurs de l’écosystème RH », en fédérant 200 entreprises innovantes en 2016 et, à l’heure où les professionnels RH ont du mal à appréhender les enjeux de la révolution digitale, continuer « d’évangéliser le marché en proposant diverses prestations de conseils », annonce son président Jérémy Lamri.

Bonne santé Cette initiative de grande ampleur est l’une des traductions de la bonne santé de la HR tech à la française. Dans les années qui viennent, certaines de ces startups, liées ou non au Lab RH, pourraient, sur ce créneau du big data RH, tailler des croupières aux géants de l’édition informatique. Elles seront présentes au HR Tech World Congress, le plus grand rendez-vous du secteur, qui ouvre ses portes à Paris fin octobre dans un marché en ébullition.

Désormais, ce ne sont plus les seuls diplômés en droit ou en sciences humaines qui s’intéressent à la gestion des ressources humaines. En atteste Akoya Consulting, conseil en stratégie RH né en 2010 de la rencontre de trois ingénieurs de Supélec et de Centrale, qui entendent renouveler l’approche de la discipline en misant sur le numérique. « Nous nous intéressons au capital humain, c’est une voie encore atypique pour des gens qui ont notre profil », reconnaît Vincent Barat, l’un des cofondateurs. Le cabinet, qui cible les grands comptes (Sanofi, Total, Engie, La Poste, SNCF), propose ses services en s’appuyant sur l’expertise de start-up partenaires, avec lesquelles il constitue un écosystème autour du concept de “HR Tech”.

 Ainsi Kudoz, aussi membre du HR Lab, qui intervient dans le domaine du recrutement et se définit comme le « Tinder de l’emploi ». Lancée en octobre 2013, la start-up, qui met en relation les cadres inscrits sur LinkedIn et les entreprises à travers une application mobile de recrutement, revendique plus de 70 000 membres. « La force de Kudoz, c’est l’ergonomie : en un glissement de pouce, vous souscrivez ou éliminez l’offre d’emploi qui vous correspond. Notre application est plus simple et rapide à utiliser, car nous nous focalisons sur la fonction recrutement, quand celle de LinkedIn couvre tous les aspects d’un réseau social », explique son fondateur Pierre Hervé, diplômé de HEC. Cet avantage a convaincu quelque 650 recruteurs, dont des grands comptes (BNP Paribas, L’Oréal, Leroy-Merlin…), qui prennent conscience que la moitié du trafic des sites d’emploi provient du mobile.

Mobilité transversale De son côté, Clustree, qui compte déjà quelque 25 salariés, met le big data au service de la gestion des talents et de la mobilité interne. L’idée en est venue à Bénédicte de Raphélis Soissan, mathématicienne de formation et fondatrice de cette start-up, à partir de sa propre expérience de consultante marketing qui aspirait à une mobilité transversale : « J’ai donc analysé à la main, en surfant sur Internet, le parcours de gens ayant un profil similaire au mien et qui avaient réussi à bifurquer, ce qui m’a donné des idées de postes auxquels je pouvais raisonnablement prétendre. En discutant autour de moi, je me suis aperçue que cette appro­che intéressait les grands groupes désireux de retenir leurs bons éléments en élargissant leurs possibilités d’évolution. » D’où la création de Clustree, qui aide ses clients des secteurs de l’énergie, de la banque, du luxe et de la grande distribution, parmi lesquels Engie, Canal+ et LVMH, à assouplir ou à rénover leurs référentiels de compétences et leurs fiches de poste, afin qu’ils ne soient plus un frein à la mobilité interne.

 Cet éditeur administre la preuve de la faisabilité de cette mobilité en analysant dans le monde entier, grâce à ses algorithmes, des millions de parcours de professionnels qui apparaissent sur les réseaux sociaux. Ses clients peuvent donc s’en inspirer pour orienter leur gestion des talents et leur recrutement et solliciter des profils auxquels ils ne pensent pas spontanément. Au-delà des fonctions de “matching”, l’outil introduit une dimension prédictive dans la fonction RH. À partir du big data, Clustree peut à la fois identifier les profils clés qui risquent de quitter l’entreprise – modéliser leur comportement, ce qui permet de leur proposer les mobilités au bon moment – avant même qu’ils n’aient pris leur décision.

Talentoday, une plate-forme d’aide à l’orientation et d’analyse statistique des motivations personnelles fondée sur un questionnaire psychométrique, intègre également cette dimension prédictive. La réussite à long terme sur un poste dépendant de l’adéquation entre la personnalité, les compétences et les motivations du candidat, la start-up a entrepris, à partir de ces critères, de concevoir une mise en relation sur la base la plus rigoureuse possible ; 3,2 millions de personnes ont déjà rempli le questionnaire en ligne d’une dizaine de minutes, à partir duquel elles reçoivent gratuitement un diagnostic sur leurs points forts afin de mieux s’orienter professionnellement. Un algorithme conçu par des data-scientists du MIT et de Stanford permet ensuite à Talentoday de rapprocher les candidats des métiers, entreprises et postes où ils ont le plus de chances de s’épanouir. Là aussi, c’est en comparant le profil des candidats avec ceux des salariés déjà en poste que Talentoday parvient à identifier les talents susceptibles d’intéresser la centaine de recruteurs qui rémunèrent déjà la start-up pour ce service.

Collecte de données personnelles Reste à savoir quelle utilisation les entreprises feront de ces outils, qui permettent la collecte de données personnelles toujours plus nombreuses et pointues, et quelles conséquences ils auront sur les modes de management. « Le développement des outils numériques pour recruter, former, évaluer et manager comporte un risque : celui d’évacuer la part humaine et émotionnelle dans les relations et les prises de décisions professionnelles », avertit François Silva, professeur à l’Escem et spécialiste de l’e-RH.

 

 

 

 

 

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »