logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Entreprise & Carrières
Actualités RH
Pourquoi le Medef veut mettre les salariés au sport

Zoom


logo Entreprise & Carrières
Tom Wang

Santé au travail

Pourquoi le Medef veut mettre les salariés au sport

Les entreprises ne font plus la promotion du sport auprès de leurs collaborateurs seulement pour stimuler l’appartenance collective, mais pour développer le bien-être, et donc la performance globale. Un message notamment porté par le syndicat patronal.

par Laurent Poillot et Virginie Leblanc 28/10/2015 Entreprise & Carrières

Pourquoi le Medef veut mettre les salariés au sport
Tom Wang

SUR LE MÊME THÈME

Malgré le succès populaire des grandes courses à pied d’automne, moins d’un Français sur deux pratique un sport de manière régulière (48 %, selon Eurobaromètre). Pourtant, de nombreuses entreprises ne valorisent plus uniquement le sport corporatif, basé sur la compétition et l’objectif de victoire. Le sport, c’est aussi la santé. Celle des salariés, qui conditionnent la forme économique de leur entreprise.

Voilà le message qu’ont voulu porter, début septembre, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), le Medef et AG2R-La Mondiale, en confiant au cabinet Goodwill Management une étude sur la performance économique générée par la pratique d’une activité physique, réalisé à partir de plus de 150 publications internationales traitant de l’effet du sport sur la santé humaine. « Son impact économique n’avait jamais été démontré. Notre modèle le fait en opérant un enchaînement d’équations, issu de ces travaux », raconte Alan Fustec, le Pdg de Goodwill Management.

Il affirme qu’un salarié sédentaire consacrant au moins une heure par semaine à une activité augmente sa productivité de 5,7 % à 8,6 %, suivant l’intensité de la séance et l’engagement de l’entreprise.

Quant à l’entreprise, sa rentabilité nette serait améliorée de 14 % si l’employeur permettait l’activité d’au moins 30 % des salariés. Comment ? Par une communication interne et des conférences animées par des sportifs de haut niveau. En prenant en charge une licence en club, en subventionnant l’association sportive de l’entreprise. En ouvrant le choix des activités pour toucher le public le plus large. Et en aménageant des plages horaires adaptées, sur le lieu de travail.

Developpement des politiques RSE L’enjeu est de s’adresser à tous, même aux non-sportifs. C’est le sens de l’Histoire, estime Marie-Cécile Naves, sociologue, auteure en 2012 d’une note du Centre d’analyse stratégique : « En France, la sensibilité du monde du travail à l’importance d’une activité physique régulière remonte à près de quatre ans, estime cette sociologue. Elle marque progressivement les esprits, sous l’impulsion de l’Union européenne, du rapprochement entre le Medef et le CNOSF et du développement des politiques de RSE. » Ces politiques, selon elle, suggèrent que l’activité physique est contributive du bien-être au travail.

Dans cet esprit, et dans...

Pour accéder au contenu complet de l'article, vous devez être abonné.

Déjà abonné : identifiez-vous

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »