logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
Schneider Electric adapte son accord de GPEC à la crise

xx Actualité sociale xx


GPEC

Schneider Electric adapte son accord de GPEC à la crise

Pour traverser la crise, Schneider Electric propose un toilettage de son accord de GPEC signé début 2008. Objectif: ajuster les effectifs sans drame.

11/02/2009 Gestion Sociale, 12/02/2009

Schneider Electric adapte son accord de GPEC à la crise

SUR LE MÊME THÈME

 

Un groupe de l’envergure de Schneider Electric ne traversera pas la crise totalement indemne. Pour amortir le choc, l’entreprise propose un toilettage de l’accord de GPEC signé début 2008 par tous les syndicats, sous l’appellation maison de GAEM (gestion anticipée des emplois, des métiers et des compétences). Il s’agit de prévoir des outils permettant aux différentes filiales d’ajuster leurs effectifs sans drame. Mais la plupart des syndicats jugent le projet de mise à jour insatisfaisant. Après l’avoir favorablement accueilli, FO le boude. La CGC lui reconnaît des points positifs, comme les dispositifs de fin de carrière, qui permettront à ceux qui sont proches de la retraite de partir plus tôt.

 

Emplois menacés

En revanche, la possibilité donnée aux personnes dont les emplois seraient menacés de se porter volontaires pour quitter l’entreprise ne fait pas l’unanimité. La CFDT y voit une manière d’en finir avec les démissions forcées. De leur côté, les opposants à l’avenant estiment qu’il peut toujours y avoir « des pressions sur des salariés pour qu’ils partent ». Mitigée, la CGC souhaite une amélioration du texte. Par exemple en rehaussant les indemnités de rupture et encadrant de plus près les départs anticipés à partir de 56 ans. Le groupe a pourtant prévu des garde-fous : afin qu’aucun salarié ne se retrouve sur le carreau après avoir quitté son poste, une commission paritaire d’évaluation des projets sera créée. Des reclassements seraient proposés aux porteurs de projet recalés. Cette nouvelle version de la GPEC ne tardera pas à s’appliquer. Quelque 660 emplois sont d’ores et déjà considérés comme menacés, dont la moitié environ dans les usines d’Alès, de Chalon-sur-Saône et de Rouen, et l’autre moitié dans les fonctions commerciales et administratives.

Site(s) lié(s) : http://www.miroirsocial.com/actualite/un-accord-groupe-de-gpec-original-chez-schneider-electric
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h6mz4RfeyH5y083Hql88fdKQ4OwA

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »