logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Liaisons Sociales Magazine
Actualités RH
Les Opca changent de posture

Focus


Logo Liaisons Sociales Magazine
DR

Formation

Les Opca changent de posture

La réforme bouscule les organismes paritaires collecteurs tant sur le plan financier que sur celui de leur offre. Ils se transforment en structure d’accompagnement et de conseil des entreprises.

par Manuel Jardinaud 11/01/2016 Liaisons Sociales Magazine

Les Opca changent de posture
DR

SUR LE MÊME THÈME

Une réforme de plus ? « Oui, mais d’une tout autre ampleur que les précédentes. » Directrice ­générale de l’Opca Transports et Services, Raphaëlle Franklin n’y va pas par quatre chemins. À raison. La loi du 5 mars 2014 impose un nouveau rôle aux Opca, les organismes paritaires collecteurs agréés qui gèrent l’argent versé par les entreprises pour la formation de leurs troupes. Autrefois simples caisses enregistreuses, les voilà priés de se muer en véritables structures de conseil et d’accompagnement des salariés sur les questions de formation et de développement des compétences. Le tout dans un contexte financier de plus en plus contraint. Fini, les larges contributions obligatoires versées par les entreprises, qui constituaient un confortable matelas !

Aujourd’hui, les Opca doivent jouer avec deux autres étages de cette fusée qu’est la collecte. D’abord, les contributions dites conventionnelles, décidées via des accords de branche, mais sur lesquelles ils ont peu d’influence. Ensuite, et surtout, les apports volontaires et directs des entreprises, en contrepartie de services complémentaires adaptés à leurs besoins. « Il y a une segmentation plus forte entre ce qui relève du légal, du conventionnel et du volontaire », confirme Thierry Dez, directeur d’Uniformation, l’Opca des secteurs de l’économie sociale, de l’habitat social et de la protection sociale.

Lors de cette année de transition, chaque organisme a donc dû repenser, et même développer ses prestations pour conserver ses clients, en gagner d’autres et tenter d’équilibrer ses comptes. « La période est palpitante. Nous devons nous interroger sur notre modèle sans pour autant entrer dans le champ lucratif de la prestation de services », résume Thierry Dez. Un cocktail pas simple à doser.

Pour accéder au contenu complet de l'article, vous devez être abonné.

Déjà abonné : identifiez-vous

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »