logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Entreprise & Carrières
Actualités RH
Priorités RH : la fonction se voit en accompagnatrice plus qu’en technicienne

Études


logo Entreprise & Carrières

Défis RH 2016

Priorités RH : la fonction se voit en accompagnatrice plus qu’en technicienne

L’accompagnement des managers reste le premier enjeu de la fonction RH, selon le baromètre Défis RH 2016, réalisé par Inergie pour l’ANDRH et Entreprise & Carrières. Les DRH perçoivent les enjeux de la conduite de la transformation numérique de leur entreprise mais hésitent encore à s’engager.

par Emmanuel Franck 16/06/2016 Entreprise & Carrières

Selon notre baromètre Défis RH 2016, réalisé par Inergie pour l’ANDRH et Entreprise & Carrières, l’accompagnement managérial est, comme lors de notre précédente édition, le principal enjeu de la fonctionRH. L’accompagnement des managers dans leurs missions RH, le développement de leurs compétences et l’accompagnement des réorganisations arrivent en tête des enjeux de la fonction. « Il est rassurant que les DRH placent en tête les questions relatives à l’accompagnement, au relationnel, au management, déclare François Geuze, maître de conférence associé au master management des RH de l’université Lille 1, cela veut dire qu’ils ont conscience qu’ils doivent adopter un positionnement ouvert et d’écoute, s’intéresser à la gestion du changement. »
 
 
 
A contrario, les questions de responsabilité sociale (diversité, seniors, jeunes, handicap, égalité), sont toujours placées en bas de la hiérarchie. « Les pouvoirs publics cherchent à faire entrer ces sujets dans l’entreprise, mais ça ne marche pas, car ce n’est pas sa finalité, explique François Geuze. Les questions sociétales peuvent et doivent, certes, y être traitées, mais elles le seront toujours en seconde intention. » Il remarque par ailleurs que les sujets propres aux techniques RH, telles la politique de rémunération, l’identification des compétences clés, la maîtrise des coûts, arrivent assez loin dans les préoccupations des DRH. Un peu comme si le DRH se percevait comme un facilitateur, un accompagnateur, davantage que comme un technicien.
 
Développement du savoir-faire
 
À côté de ces trois sujets, la fonction RH est traversée par d’autres enjeux. L’importance que les DRH accordent au développement du savoir-faire des salariés (3e position) n’a rien de surprenant : « Cette question est liée à celle des réorganisations et à la place qu’y occupent les collaborateurs », explique François Geuze. Rien d’étonnant non plus à ce que la gestion des talents ne soit placée qu’en 15e position (– 6 points vs 2015). « Les DRH s’y intéressent peut-être moins qu’avant, lorsque la crise était au plus fort et qu’il fallait sauver ce qui pouvait l’être », relève François Geuze. Le sujet de la qualité de vie au travail, qui est en train de se substituer à la prévention des risques psychosociaux (lire p. 26), se place en 11e position.
En revanche, le peu d’intérêt porté par les DRH à la compréhension des enjeux business de leur entreprise (13e position) laisse le maître de conférence en RH perplexe [...]

Pour accéder au contenu complet de l'article, vous devez être abonné.

Déjà abonné : identifiez-vous

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »