logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Entreprise & Carrières
Actualités RH
L’épargne salariale à l’épreuve de la crise

xx Actualité sociale xx


logo Entreprise & Carrières

Rémunération

L’épargne salariale à l’épreuve de la crise

Publié par Natixis, le 3e baromètre de l’abondement et des versements volontaires détaille les versements opérés en 2008 par les salariés.

10/03/2009 Entreprise & Carrières, 10/03/2009

L’épargne salariale à l’épreuve de la crise

SUR LE MÊME THÈME

 

Quel appétit pour l’épargne salariale alors que la crise s’installe ? Les salariés ont moins investi sur leur PEE en 2008… mais, en moyenne, les montants versés ont été plus élevés de 7 % (à 2 145 euros) par rapport à 2007 dans les entreprises de plus de 500 épargnants, et de 3 % sur l’ensemble des entreprises.
Le 3e baromètre de l’abondement et des versements volontaires, publié par Natixis le 5 mars, détaille les versements opérés en 2008 par les salariés, sur les PEE et les Perco dans leur entreprise, ce qui indique quelques tendances en matière d’arbitrages entre épargne et consommation en période de crise. Même si celle-ci s’est surtout accélérée au deuxième trimestre.

 

Les Perco en forme

Pour les Perco, le baromètre constate une augmentation de 13 % des salariés ayant effectué un versement en 2008. Traduit-elle une préoccupation pour la retraite, y compris en période d’inquiétude sur le pouvoir d’achat ? La tendance est difficile à analyser alors que le nombre de Perco dans les entreprises – et donc de salariés éligibles – continue, lui aussi, de croître rapidement. Natixis constate également une augmentation des versements moyens pour les Perco dans les grandes entreprises (+19 %, à 1 247 euros).

 

Plus généreux

Le baromètre indique aussi que les employeurs ont été globalement plus généreux dans leur politique d’abondement : le montant moyen est en hausse de 19 % pour le PEE (à 529 euros) et de 9 % (à 860 euros) chez les plus de 500 épargnants. Ce qui pourrait signifier que la participation de l’employeur à l’épargne des salariés contrebalancerait une politique salariale moins généreuse.

 

Guillaume Le Nagard

Site(s) lié(s) : http://www.interepargne.natixis.fr/apps/sdnie/reference.nsf/vue/doc4513C085EFFDF69DC125757000339288/$File/3e%20edition%20barometre%20-%20presentation.pdf
http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/9514/le-partage-des-benefices-favoriserait-productivite-et-moderation-salariale.html
http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/5992/lepargne-retraite-reste-la-priorite-pour-58-des-entreprises.html
http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/9352/des-salaries-mal-informes-sur-les-dispositifs-depargne-retraite-collective.html

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »