logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Entreprise & Carrières
Actualités RH
NAO : Deloitte anticipe seulement 1,65 % d’augmentations des salaires

Actualités RH


logo Entreprise & Carrières
Delphotostock

Rémunérations

NAO : Deloitte anticipe seulement 1,65 % d’augmentations des salaires

La société de conseil a livré cette semaine sa révision des prévisions salariales pour 2017.

par Nicolas Lagrange 23/02/2017 Entreprise & Carrières

NAO : Deloitte anticipe seulement 1,65 % d’augmentations des salaires
Delphotostock

SUR LE MÊME THÈME

Dans sa dernière étude publiée cette semaine (*), Deloitte revoit à la baisse ses prévisions salariales pour 2017, avec des augmentations de 1,65 % contre 1,80 % envisagé en septembre dernier. « Un quart des entreprises de notre panel annoncent vouloir réduire leur enveloppe salariale de 0,6 point en moyenne, les autres étant stables, explique Jean-Philippe Gouin, associé capital humain du cabinet d’audit et de conseil.

Prudence. Ces nouveaux objectifs témoignent, une fois de plus, d’une très grande prudence, liée notamment aux incertitudes économiques, au bas niveau de l’inflation et à l’attentisme préélectoral. Toutefois, les hausses constatées in fine se révèlent très souvent sensiblement supérieures aux prévisions. »

Augmentations mixtes Dans le détail, 56 % des sociétés sondées prévoient des augmentations mixtes pour leurs salariés non cadres, avec une répartition quasi équivalente entre la hausse collective et les hausses individuelles.

Seulement 20 % des cadres devraient bénéficier d’augmentations mixtes, les hausses individuelles pesant en moyenne pour les deux tiers de l’enveloppe. En outre, près de la moitié des entreprises prévoient un budget complémentaire pour les promotions et le rattrapage des bas salaires.

Selon l’analyse sectorielle de Deloitte, les augmentations devraient être supérieures à la moyenne dans la banque et la finance, l’audit et le conseil et dans l’industrie. Elles devraient être plus faibles, a contrario, dans la distribution, l’énergie, la grande consommation et les télécommunications. N. L.

 

* Étude réalisée en janvier 2017 auprès d’une centaine d’entreprises de toutes tailles (un tiers de grandes entreprises, un tiers d’ETI, un tiers de PME).

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE


Vous devez vous identifier pour pouvoir laisser un commentaire.