logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Actualités RH
La moitié des salariés syndiqués se déclarent comme de « simples adhérents » en 2013

xx Actualité sociale xx


SYNDICATS

La moitié des salariés syndiqués se déclarent comme de « simples adhérents » en 2013

En 2013, 11,6 % des salariés âgés de 18 à 65 ans déclarent adhérer à une organisation syndicale, 30,4 % d’entre eux participent régulièrement aux activités de leur syndicat, alors qu’un peu plus de 50 % n’y ont jamais pris part ou très rarement. C’est ce que constate la Dares dans une étude sur l’engagement des salariés syndiqués en 2013 rendue publique le 7 mars.

13/03/2017 Liaisons Sociales Quotidien, 13/03/2017

Un peu plus d’un salarié sur dix (11,6 %) déclarent adhérer à une organisation syndicale. Combien de ces salariés s’engagent activement dans les syndicats ? Dans quelle proportion s’impliquent-ils dans les élections professionnelles ou dans les conflits collectifs ? La Dares répond à toutes ces questions dans une étude intitulée « de l’adhérent au responsable syndical » publiée le 7 mars 2017.

Les syndiqués participent moins aux activités syndicales qu’avant…

Premier enseignement de l’étude : la plupart des salariés syndiqués adoptent une attitude passive et se définissent comme de « simples adhérents ». Ainsi, en 2013, 30,4 % des salariés syndiqués participent régulièrement aux activités de leur syndicat, alors que 51,4 % n’y ont jamais pris part ou très rarement. 18,2 % signalent une participation plus irrégulière. Entre 1983 et 2013, la part des adhérents qui participe régulièrement aux activités syndicales a sensiblement diminué dans un contexte de repli de la syndicalisation et l’adhésion intervient de plus en plus tardivement au cours de la carrière. Cette moindre attractivité pour l’engagement syndical va de pair avec un fort recul de l’adhésion à d’autres associations qui marquent un engagement citoyen. Pour autant, les syndicats de salariés comptent plus d’adhérents que la plupart des autres organisations.

Les syndiqués les plus engagés sont plus âgés, moins diplômés et plus souvent ouvriers, que la moyenne des salariés adhérents. Ainsi, presque la moitié des syndiqués très actifs (45,9 %) sont âgés de 50 ans et plus, contre 39 % des adhérents et 25,2 % des salariés. Plus de la moitié des syndiqués les plus engagés (52,5 %) sont détenteurs d’un diplôme inférieur ou égal au baccalauréat (contre 44,4 % pour l’ensemble des syndiqués et 47,7 % des salariés).

Si les salariés du secteur marchand sont moins syndiqués que ceux de la fonction publique, ils ont pourtant une plus grande propension à s’impliquer dans les activités syndicales. L’adhésion à un syndicat dans les entreprises semblerait correspondre plus souvent à un réel engagement militant et, compte tenu du faible nombre de syndiqués, cela impliquerait une prise de responsabilité plus fréquente dans les instances représentatives du personnel, explique la Dares.

… et davantage aux élections et grèves que les non-syndiqués

Les salariés syndiqués participent plus souvent aux élections professionnelles. Là où les élections ont eu lieu, la participation électorale des syndiqués est presque deux fois plus importante que celle de leurs collègues non-syndiqués. Ainsi, 52,4 % des salariés ayant connu des élections dans leurs entreprises ont participé au vote dont 47,1 % des non-syndiqués et 84,4 % des syndiqués.

Cette plus grande implication dans des causes collectives dépasse les limites de l’entreprise. Les syndiqués déclarent plus souvent que les non-syndiqués être membres d’associations caritatives, de défense des droits et intérêts communs, de protection de l’environnement ou de partis politiques. 82,7 % des salariés syndiqués de 18-65 ans affirment avoir participé aux élections législatives de 2012, contre seulement 68,2 % de l’ensemble de la population de 18-65 ans. Ils participent plus fréquemment à des activités bénévoles.

Sans surprise, les syndiqués participent également plus fréquemment aux mobilisations collectives sur les lieux de travail. Là où les arrêts de travail sont signalés, près de 39,5 % des salariés disent y avoir participé. Les syndiqués, plus susceptibles d’adhérer aux mots d’ordre de leur organisation, sont deux fois plus nombreux dans ce cas (61,7 % contre 31 %).

DARES, Analyses n° 015, mars 2017
www.wk-rh.fr/actualites/upload/dares-015-salaries-syndiques-7mars2017.pdf

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »