logo WK-RH

Le portail dédié aux acteurs du social, des ressources humaines et du management.

Accueil
Liaisons Sociales Magazine
Actualités RH
Repenser l'organisation, priorité n°1 des entreprises

Actualités RH


Logo Liaisons Sociales Magazine
Adobe Stock

Etude

Repenser l'organisation, priorité n°1 des entreprises

Les organisations ont conscience des défis qui leur font face mais manquent encore de maturité dans leur prise en main, selon une étude Deloitte sur les tendances RH.

par François Desnoyer 29/03/2017 Liaisons Sociales Magazine

Une réelle prise de conscience de la nécessité d'évoluer... en attendant la mise en place effective et maîtrisée de nouvelles pratiques au sein des organisations. La 5e édition de l'étude annuelle de l'Observatoire du capital humain de Deloitte sur les tendances RH (*) montre qu'il reste, des paroles aux actes, encore quelques marches à franchir aux entreprises pour s'adapter aux réalités nouvelles qui leur font face (accélération de la révolution digitale, évolution des comportements des collaborateurs...) et, in fine, gagner en performance.

L'organisation du travail

Pour autant, « beaucoup d'entreprises réfléchissent et souhaitent repenser leur façon de travailler », indique Philippe Burger, associé responsable capital humain chez Deloitte. Et, selon l'enquête, c'est en premier lieu sur la question de l'organisation du travail et des futurs modes de travail (repenser une structure trop verticale, casser les silos au sein de l'entreprise, gagner en flexibilité...) que les sociétés françaises souhaitent se concentrer.

Un enjeu important pour 88 % d'entre elles. Mais un enjeu qu'elles reconnaissent, dans leur majorité, ne pas encore maîtriser : seul un tiers (33 %) se déclare mature sur le sujet. Si 75 % d'entre elles considèrent « l'agilité et la collaboration » comme des facteurs « critiques », elles sont 7 % à estimer avoir aujourd'hui une « culture et une organisation très agiles ».

Les Mooc

Deuxième priorité des responsables RH et dirigeants français interrogés : la carrière et la formation. 82 % d'entre eux jugent cette thématique importante. « La formation a été particulièrement impactée par la digitalisation : il n'a jamais été aussi facile de se former de chez soi », relève Gabriel Bardinet, responsable de l'Observatoire du capital humain.

Sur cette question, les entreprises progressent : elles étaient 5 % à proposer des Mooc en interne, contre 20 % aujourd'hui. Dans le même temps, une autre tendance est relevée: « la gestion de carrière évolue pour se recentrer sur le salarié. (…) La carrière tend à devenir sans frontières, avec des parcours transversaux et éventuellement multientreprises », pointe Deloitte. Tout en précisant que « seules 34 % des entreprises sont en capacité de proposer ce type de carrière, mais 48 % ont pour objectif d'y parvenir ».

Le digital "mistigri"

L'acquisition des talents s'impose comme la troisième priorité RH des personnes interrogées (importante pour 75 % d'entre elles). « C'est un sujet sur lequel des marges de progression existent », note Gabriel Bardinet. Consciente de la nécessité d'évoluer, 62 % des entreprises revoient actuellement leurs programmes d'acquisition des talents, mais « seules 35 % d'entre elles se sentent matures sur le sujet », précise Deloitte.

La question du digital, « mistigri de la gestion des talents » résume l'étude, apparaît ici centrale. « Moins de 20 % des entreprises s'aident de l'intelligence artificielle dans le cadre de leurs recrutements, tandis que plus de 40 % prévoient de le faire », souligne l'Observatoire du capital humain.

L'analytics RH

« Les Ressources humaines doivent réussir à appréhender les nouvelles règles du jeu de la gestion des talents en transformant leurs pratiques », résume Philippe Burger, constatant que « si les collaborateurs adoptent assez rapidement ces changements, les entreprises peinent à s'adapter et à se transformer ».Sur le sujet, central, du digital, qui « transforme notre société et nos modes de travail, (…) la DRH est un acteur de cette transformation, et, en ce sens, elle doit également remettre en cause son mode de fonctionnement », estime l'étude. Elle doit aider l'entreprise à « être digitale » et pas seulement à « faire du digital ».

L'analytics RH (analyse de données à des fins RH, notamment pour définir des tendances et anticiper des situations), encore « largement sous-exploité », est présenté comme une perspective d'avenir. Cet outil d'aide à la décision peut, selon Deloitte, favoriser la performance de l'entreprise. Il se révèle aussi une opportunité pour apporter un positionnement central à la direction des ressources humaines dans l'entreprise, cette dernière devenant « conseil auprès des autres directions. »

(*) Etude réalisée auprès de plus de 10.000 dirigeants et DRH (dont 299 en France) de 140 pays.

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@wk-rh.fr. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE


Vous devez vous identifier pour pouvoir laisser un commentaire.