webleads-tracker


logo WK-RH

Tous les salaires de la fonction RH

ENQUÊTE EXCLUSIVE ENTREPRISE & CARRIÈRES Hewitt

Entreprise & Carrières publie les résultats de l'enquête exclusive du cabinet de rémunération Hewitt sur les salaires de la fonction RH. Une première ! Elle permettra au lecteur de vérifier si sa rémunération correspond aux pratiques du marché... et de constater le décalage entre le discours ambiant sur la place des ressources humaines dans l'entreprise et la valorisation réelle de la fonction.

Régulièrement présentée comme «stratégique» et «créatrice de valeur», la fonction RH est-elle rémunérée à la hauteur de la place que lui assigne le discours managérial ? L'étude de Hewitt, la première du genre, tend à démontrer l'inverse. Partant de l'hypothèse que rémunération = valeur de la fonction, la hiérarchie des rémunérations renvoie à un classement des priorités des entreprises.

L'étude de Hewitt est, à ce titre, riche d'enseignements. « A rebours du discours des entreprises sur l'importance qu'elles accordent à une gestion sur le long terme - par exemple, le recrutement, ou la formation -, il apparaît qu'elles valorisent, au contraire, le court terme. Ce n'est pas très encourageant », remarque François Auger, consultant senior chez Hewitt.

Le directeur le moins bien payé

Hewitt a, ainsi, comparé la rémunération médiane annuelle des DRH avec celle de quatre autres directeurs (lire encadré p. 28). Avec une médiane à 111 430 euros, les DRH sont les moins bien payés. Sans surprise, le DRH est largement distancé par le directeur général (271 314 euros), mais aussi, et c'est plus surprenant, par celui de la communication (127 114 euros) et par le directeur juridique (124 132 euros). « Alors que les entreprises sont de plus en plus sensibles à la perception du risque, faut-il s'étonner qu'elles valorisent le directeur en charge de leur image et celui qui a pour mission de réduire les risques juridiques de tous ordres ? », s'interroge François Auger.

Mode de calcul

La mauvaise place du DRH, comme celle du directeur financier (114 390 euros), dans la hiérarchie des rémunérations, pourrait toutefois s'expliquer par le mode de calcul retenu : la médiane est insensible aux rémunérations très élevées, caractéristiques de ces deux fonctions.

Comité de direction

La hiérarchie des rémunérations entre les 11 fonctions RH étudiées semble cependant confirmer l'hypothèse de François Auger. Logiquement, la rémunération du DRH se détache nettement de celle des autres fonctions (lire tableau p. 28). « Dès qu'on entre au comité de direction, la rémunération augmente très significativement », explique François Auger. Tout aussi logiquement, le juriste et le responsable paie, qui sont d'abord des techniciens, se trouvent à l'autre bout de l'échelle : ils gagnent, respectivement, 40 765 euros et 40 440 euros.

Marge de manœuvre

Au-dessus d'eux se trouvent le responsable du recrutement (46 191 euros) et celui de la formation (53 055 euros). Ils perçoivent une rémunération située plutôt vers le bas de l'échelle, « alors qu'ils travaillent sur le long terme et pour l'investissement de l'entreprise. D'où des interrogations sur leur degré d'initiative et leur marge de manoeuvre en France, pays qui souffre de «diplômite» et de «jeunisme» aigus ». A contrario, le responsable des relations sociales (71 505 euros) et le comp & ben (66 625 euros) tiennent le haut du pavé.

La position des autres fonctions dans la hiérarchie des rémunérations s'explique moins facilement à partir des catégories long terme/court terme. Ainsi, il est difficile de dire dans laquelle des deux catégories se situent les fonctions généralistes de responsable des ressources humaines (57 000 euros) et de responsable du personnel d'une unité (50 605 euros).

Effet de proximité avec le DRH

La position du responsable de la gestion des cadres (68 363 euros) s'expliquerait, quant à elle, « par sa proximité avec le DRH, dont il est le n-1, et par sa responsabilité sur des populations stratégiques (cadres, jeunes diplômés, hauts potentiels) ». Quant à la rémunération du responsable SIRH (51 522 euros), dont la fonction est récente et évolutive, elle est sans doute appelée à se déplacer dans la hiérarchie.

Reflet de l'état du marché de l'emploi, la progression des rémunérations fixes, que Hewitt a mesuré sur 3 ans, peut également présager d'une évolution du classement. Entre 2005 et 2007, le salaire fixe du comp & ben est celui qui a le plus augmenté : 7,9 %, devant ceux du responsable des relations sociales (7,1 %) et du juriste (7 %). A l'inverse, ceux des responsables paie et formations n'évoluent respectivement que de 5,9 % et 6,3 %.

Comment calculer sa rémunération fixe ?

Cette enquête sur les rémunérations de la fonction RH se veut pratique. Pour chacune des 11 fonctions RH étudiées, Hewitt a calculé la rémunération fixe selon les principaux facteurs déterminant son niveau. Dans chaque fiche-fonction, le lecteur trouvera une matrice de simulation permettant de croiser le type d'entreprise dans laquelle il travaille (grands groupes cotés + filiales de grands groupes étrangers versus autres entreprises) ; la localisation géographique de son entreprise (Paris versus province) ; son âge ; et, dans le cas du DRH, l'effectif supervisé.

Contrairement aux valeurs diffusées dans nombre d'enquêtes de salaires, celles relevées par Hewitt correspondent à des rémunérations réelles et non à des rémunérations déclarées. Ces dernières pouvant être « imprécises et plus souvent élevées », selon François Auger, consultant senior chez Hewitt.

Les rémunérations décrites dans cette enquête seront donc vraisemblablement inférieures à celles décrites dans les enquêtes déclaratives, mais plus conformes à la réalité.

Le principal facteur déterminant le niveau du salaire est le type d'entreprise dans laquelle travaille le salarié. Le fait de travailler dans un groupe coté ou une filiale d'une entreprise étrangère, notamment anglo-saxonne, tire le salaire vers le haut. « Le salaire y est davantage utilisé comme levier de motivation que dans les entreprises françaises traditionnelles », commente François Auger.

Age et expérience

L'âge joue également sur le niveau de la rémunération, sans doute parce qu'il est corrélé avec l'expérience, de même que le fait de travailler à Paris. Logiquement, un salarié de la fonction RH gagnera d'autant plus qu'il est âgé, qu'il travaille dans un groupe coté, situé à Paris.

S'agissant du DRH, la taille de l'équipe qu'il encadre pèse sur le niveau de sa rémunération ; la taille déterminante se situant à 15 personnes, encadrées directement ou indirectement. C'est aussi le reflet d'un effet de la taille de l'entreprise. « Ce critère tend, néanmoins, à perdre de son importance au profit de critères plus qualitatifs tels que, par exemple, avoir une dimension internationale ou une responsabilité groupe », remarque, cependant, François Auger.

Méthodologie de l'étude Pour lire l'enquête

→ Les rémunérations décrites dans les pages qui suivent sont extraites de la base de données de Hewitt, actualisée chaque année entre les mois d'avril et de juin. Hewitt a pris en compte 951 titulaires issus de près de 200 entreprises représentatives.

→ Le salaire fixe comprend le montant brut annualisé, base mars 2007, incluant les 13e et 14e mois contractuels ou versés régulièrement, les primes d'ancienneté, congés payés, indemnités et allocations mensuelles forfaitaires déclarées comme revenu taxable, ainsi que toute prime à caractère garanti (ex. prime de vacances). Le variable est celui perçu en 2007 au titre de 2006 (hors intéressement et participation). Il rétribue la contribution et la performance d'un salarié de manière individuelle et/ou collective dans le cadre de prime d'équipe, prime d'entreprise, commissionnement.

→ Les valeurs retenues sont, à chaque fois, les médianes, ce qui neutralise les valeurs extrêmes. L'évolution des rémunérations fixes sur trois ans a été calculée à partir d'une sélection de titulaires ayant déjà participé l'année précédente. Pour deux fonctions (gestion des cadres et SIRH), l'échantillon n'était pas assez représentatif pour calculer l'évolution de leur salaire.

Le lecteur trouvera, dans cette enquête, une fiche par fonction RH comprenant la rémunération médiane (fixe + variable) pour l'année 2007 ; la part du variable calculée en pourcentage du total (fixe + variable) ; l'amplitude des rémunérations (ratio entre les rémunérations les plus hautes et les plus basses) ; ainsi qu'une matrice de simulation salariale, permettant de calculer sa rémunération fixe.

La rémunération médiane (fixe + variable) est un indicateur de la valeur que l'entreprise accorde à la fonction.

L'amplitude des rémunérations indique, quant à elle, le degré d'autonomie dont dispose le titulaire de la fonction. Plus l'amplitude est importante, plus on peut supposer que le titulaire dispose de marges de manoeuvre pour faire évoluer sa rémunération. L'amplitude des rémunérations pour le responsable SIRH n'a pas été renseignée car l'échantillon n'était pas représentatif.

Auteur(s) : EMMANUEL FRANCK AVEC SABINE GERMAIN