Droits de succession : quel avenir face à ses enjeux éthiques et économiques ?

publicité

Le sujet lié à la succession ne cesse de faire l’objet de vifs débats car il cache des enjeux à la fois éthiques et économiques. En ce qui concerne les droits de succession en particulier, certains points restent à éclaircir.

Droits de succession : les avis divergent au sein de la société

Sur le plan éthique, les droits de succession suscitent plusieurs interrogations. Il faut néanmoins faire la distinction entre l’éthique d’un point de vue universel et d’un point de vue individuel. Certains pensent que les droits de succession ne répondent pas à ces règles de moralité au sein de la société car ils permettent aux héritiers de jouir d’un capital sans avoir déployé des efforts pour y accéder.

publicité

Les défenseurs des droits de succession estiment que si quelqu’un a réuni de l’argent dans la légitimité le long de son existence, il est en droit de décider de ce qu’il souhaite faire de sa fortune après son décès. Ils pensent également que l’accumulation de capital est avantageuse pour la société puisque cette pratique contribue à améliorer la productivité.

D’autre part, ceux qui s’opposent à ce point de vue estiment que les droits de succession ont tendance à bloquer l’égalité des chances entre les personnes. Une situation qu’ils jugent injuste surtout qu’un enfant puisse profiter d’un patrimoine plus important qu’un autre du simple fait de sa filiation. Ces divergences d’opinion vont-t-elles conduire à la disparition de certains droits de succession ?

publicité

Des enjeux économiques non négligeables

Outre les questions de moralité, les droits de succession soulèvent également des enjeux sur le plan économique. Force est de constater que la question autour de la succession exerce une influence majeure sur le développement économique d’un pays. A titre d’illustration, la taxation du capital entraîne de nombreuses difficultés chez les héritiers. En France, les règles fiscales sont complexes et plusieurs taxes doivent être prises en compte.

C’est notamment le cas de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) et de la TICPE (taxe intérieure de consommations sur les produits énergétiques) qui ont tendance à ralentir la croissance économique du pays. Seul l’avenir nous en dira plus sur l’évolution de la situation.

publicité
publicité

D’autres publications dans 

Réforme de la prime d’activité : quelles conséquences sur les employés à faibles revenus ?

CAF : un bonus prévu pour certains allocataires de l’AAH, les concernés

5+3=5 : trouvez les 2 tiges qu’il faut déplacer pour corriger l’équation !

Défi visuel : vous disposez de 12 secondes pour localiser le nombre 56 !

Fruits et légumes : vers une nouvelle taxation pour les éléments potagers du jardin ?

LMNP : à quoi faut-t-il s’attendre en 2024 ?