Eau de pluie : quel est le volume que l’on peut récupérer chez soi ? la méthode facile pour le calculer

publicité

Alors que l’été bat son plein en France, la sécheresse commence déjà à faire des ravages dans plusieurs départements. Pour limiter l’usage de l’eau, certaines Mairies encourageant la conservation de l’eau de pluie. Mais quel est le volume que l’on peut récupérer chez soi ? 

Sècheresse : économiser l’eau devient une nécessité

Pour récupérer en toute simplicité l’eau de pluie, les jardiniers utilisent un système qui s’avère à la fois simple, efficace et pratique. Il suffit de relier un réservoir d’eau à une gouttière. Cette-dernière va alors accueillir toute l’eau de pluie en provenance du toit de la maison. Rien de plus facile donc ! Mais comment connaître le volume d’eau collecté à l’intérieur du réservoir en utilisant cette méthode ? 

publicité

Cette question est cruciale pour mieux identifier la taille de la cuve qu’il faut utiliser. Selon nos confrères de Terre de Jardins, il existe une formule qui permet de calculer efficacement ce volume en vue de récupérer chaque année un maximum d’eau de pluie. Pour ce faire, vous aurez besoin de plusieurs données dont la pluviométrie annuelle de votre Mairie. Vous pouvez également vous servir de celle de la station météo située dans les alentours. A titre de rappel, 1 mm de pluie équivaut à 1 litre d’eau par mètre carré.

Comment récupérer facilement l’eau de pluie ? 

Outre la pluviométrie annuel, le calcul du volume d’eau de pluie récupéré prend également en compte deux autres facteurs. D’une part, la surface de captage de la toiture doit être calculée au sol sans prendre en considération le design du toit. Pour ce faire, multipliez sa longueur par sa largeur en mètres. D’autre part, le coefficient de perte dépend de l’inclinaison de la toiture et du type de revêtement. Ce chiffre est porté à 0,6 dans le cas d’un toit de type plat contre 0,8 pour les toitures en ardoises. Il faut ensuite compter un coefficient de 0,9 pour les toitures tuilées. Si vous avez des doutes, il est recommandé de prendre 0,75 comme coefficient de base.

publicité

Une fois ces données réunies, il ne reste plus qu’à procéder au calcul de la quantité d’eau récupérable par an. A ce propos, il convient de multiplier la pluviométrie par la surface. Multipliez ensuite le résultat obtenu par le coefficient de perte. La valeur finale vous donne le volume d’eau annuel que vous pouvez récupérer grâce à l’eau de pluie.

 

publicité
publicité

D’autres publications dans 

Cette déclaration de Michel-Édouard Leclerc va rassurer les consommateurs et les agriculteurs !

Si vous faites partie des 2% de gens capables de déchiffrer cette énigme, c’est que vous avez un QI remarquablement élevé !

Une hôtesse de l’air explique pourquoi il faut éviter d’embarquer en premier dans l’avion !

Trimestres non-utilisés : comment accéder à un remboursement ?

Pain au chocolat ou chocolatine ? Attention à bien choisir vos mots !

Défi visuel : vous avez 13 secondes pour localiser le chiffre 24 parmi 42 !