Éviter de payer d’impôts en 2023 en utilisant Bitcoin : comment faire ?

publicité

Générer des gains grâce aux cryptomonnaies est devenu une pratique courante pour les investisseurs, mais cela peut également impliquer des obligations fiscales importantes. 

Cependant, certains mécanismes fiscaux bien connus des investisseurs chevronnés permettent de réduire considérablement, voire d’éviter complètement, les impôts liés aux gains en cryptomonnaies. Découvrez comment faire.

Comment déclarer les gains de cryptomonnaies et optimiser sa fiscalité en 2023 ?

Si vous avez investi dans les cryptomonnaies et avez réalisé des plus-values, vous devez déclarer ces dernières au fisc. Si vos gains ne dépassent pas 305 euros par an, vous serez exempté d’impôts. Toutefois, au-delà de ce montant, vous n’aurez d’autre choix que de vous tourner vers le prélèvement forfaitaire unique (PFU) qui taxera vos gains à hauteur de 30%, soit 12,8% d’impôts et 17,2% de prélèvements sociaux.

publicité

Il est important de noter que cette règle était valable l’année dernière. C’était le 1er janvier 2023, qu’une nouvelle option a été mise à disposition des contribuables, celle de choisir le barème progressif de l’impôt sur le revenu. Cette possibilité sera particulièrement intéressante pour les foyers non imposables, qui ne paieront que 17,2% de prélèvements sociaux au lieu des 30% du PFU. Elle sera également bénéfique pour les contribuables imposés à 11%, qui subiront une taxation légèrement inférieure de 28,2%. Cependant, les foyers imposés à 30 ou 45% auront intérêt à conserver le PFU.

Repousser la deadline pour le paiement de l’impôt et rester dans la blockchain via un stablecoin

Les investisseurs en crypto-actifs ne reçoivent pas de relevé annuel de leurs gains comme c’est le cas pour les produits financiers traditionnels tels que les livrets bancaires, les assurances-vie ou les PEA. Cela peut rendre fastidieuse la tâche de déclarer les revenus générés par le trading d’actifs numériques aux impôts, surtout pour les investisseurs les plus actifs. Néanmoins, la déclaration ne concerne que les transactions entre une cryptomonnaie et une monnaie Fiat. Et les gains ne sont imposables que lorsque vous sortez de l’univers des cryptos. Les échanges entre cryptos, même s’ils ont généré une plus-value importante, ne sont pas imposables en France. Selon Claire Balva, cofondatrice de Blockchain Partner, cabinet de conseil spécialisé dans les cryptomonnaies, « seule la plus-value lors de la conversion de cryptos en euros est imposée en France ».

publicité

Les stablecoins, des cryptomonnaies indexées sur une monnaie traditionnelle comme le dollar, connaissent un succès croissant depuis quelques années, malgré l’effondrement du stablecoin TerraUSD en mai 2022. Avec une capitalisation totale dépassant les 138 milliards de dollars au 1er janvier 2023, ces actifs numériques ont la particularité d’être « stables ». Cela permet de mettre les gains à l’abri de la forte volatilité. 

En restant dans la blockchain via un stablecoin, les investisseurs évitent d’être imposés sur leurs gains. Ainsi, pour éviter ou retarder la taxe indéfiniment, les investisseurs chevronnés préfèrent souvent changer leurs bitcoins ou leurs ethers en dai ou en usdt plutôt qu’en euros. Bien que cette technique soit légale, il n’est pas clair si le ministère des Comptes publics la voit d’un bon œil, car il n’a pas encore réagi à cette pratique.

publicité
publicité

D’autres publications dans 

8-9 = 8 : défiez votre intelligence en enlevant 2 bâtonnets pour résoudre l’équation !

Défiez votre logique avec ce puzzle mathématique : 12÷4x(5+3)= ?

Fin de l’ASS : quelles conséquences pour les futurs retraités ?

France Travail : des primes accordées aux candidats pour favoriser le recrutement  

Électricité : à quoi faut-il s’attendre avec la fin du bouclier tarifaire ?

Flambée des prix de l’électricité : quid du chèque énergie ?