Fin du chèque alimentaire : à quoi faut-il s’attendre en 2024 ?

publicité

Il y a quatre ans, l’Etat français s’est engagé à proposer aux citoyens une aide financière baptisée chèque alimentaire pour les aider à couvrir les besoins en nourritures face à la flambée générale des prix. Il semblerait cependant que le dispositif sera supprimé cette année. Par quoi sera-t-il remplacé ? Plus de détails dans les prochaines lignes !

Fin du chèque alimentaire en France

Dans son discours, Bruno Le Maire a fait savoir que les politiques fondées sur les chèques alimentaires ne sont désormais plus envisageables. A titre de rappel, le gouvernement a déployé un budget s’élevant à plus de 50 millions d’euros pour la mise en place du chèque inflation. Dans sa prise de parole, le ministre de l’économie souligne : « La fin de cette mesure est surprenante et suscite l’incompréhension surtout en cette période de crise. Pour affronter ces difficultés, il va falloir se serrer la ceinture ».

publicité

Selon lui, ce chèque ne représente pas une solution adaptée pour mettre fin à l’inflation. Comme le souligne le ministre : « L’année dernière, dans le cadre des négociations commerciales, une hausse de prix à hauteur de 15% a été enregistrée contre 5% cette année. Mais c’est encore beaucoup ». L’objectif de cette initiative est d’aider les consommateurs à profiter d’une réduction de prix sur un large éventail de produits, sans forcément pratiquer les tarifs d’avant la crise.

Voici ce qui va le remplacer en 2024

Pour aider les ménages à faire face à la baisse du pouvoir d’achat, Bruno Le Maire prévoit de revaloriser les aides sociales. A ce propos, le ministre explique : « Le but est de protéger les retraités contre la hausse des prix. Celle-ci devrait augmenter de 5,2% en 2024 ». Pour soutenir les ménages dans les dépenses alimentaires, l’Etat prévoit cette année de renforcer les dispositifs d’aide qui ont déjà été mis en place : restos du cœur, banques alimentaires…

publicité

Selon nos confrères de reportages photos, l’Exécutif ambitionne d’appuyer davantage ces institutions et de créer de nouvelles associations qui viendront en aide aux plus démunis. Un plan d’action qui vise le développement durable sur le long-terme d’un point de vue socio-économique. Pour ce faire, il faudra prendre des décisions politiques audacieuses et trouver une entente à l’issue des négociations avec les opérateurs économiques.

publicité

D’autres publications dans 

Réforme de la prime d’activité : quelles conséquences sur les employés à faibles revenus ?

CAF : un bonus prévu pour certains allocataires de l’AAH, les concernés

5+3=5 : trouvez les 2 tiges qu’il faut déplacer pour corriger l’équation !

Défi visuel : vous disposez de 12 secondes pour localiser le nombre 56 !

Fruits et légumes : vers une nouvelle taxation pour les éléments potagers du jardin ?

LMNP : à quoi faut-t-il s’attendre en 2024 ?