Ils refusent l’argent proposé par les promoteurs, leur logement se retrouve au centre d’un lotissement géant !

publicité

C’est l’histoire d’une famille originaire de Sydney, en Australie, qui a renoncé à vendre leur propriété pendant plusieurs années. Certaines propositions sont pourtant montées jusqu’à 40 millions de dollars australiens, soit l’équivalent de 25 millions d’euros. Depuis, leur maison s’est retrouvée au cœur d’un lotissement géant. On vous raconte tout dans les prochaines lignes !

Une propriété qui coûte une fortune sur le marché

Des pavillons individuels à perte de vue avec des toits de couleur uniforme. Un paysage qui nous plonge droit dans un vaste copier-coller. Au cœur de cette impressionnante scène, une surface verte vient briser la symétrie entre les différentes habitations parfaitement alignées entre elles. Au centre, une propriété avec un toit de couleur brun apporte une note de décontraction à cette ambiance feutrée.

publicité

Nous nous situons en Australie, dans la ville de Quakers Hills, à quelques kilomètres de la capitale, dans une propriété dont l’architecture rappelle l’ère de la résistance. A ce propos, un habitant de la région qui s’est entretenu auprès de nos confrères de 7 News Australia souligne : « On dirait un château ». La tribu Zammit, propriétaire des lieux n’a jamais accepté de céder cette propriété d’une superficie totale de 20 000 m².

Dans son édition de cette semaine, le quotidien Daily Mail rapporte : « Il y a une dizaine d’années, on pouvait la dénicher sur le marché pour environ 520 000 €. Aujourd’hui, la maison vaut dans les 40 millions de dollars, soit près de 25 millions d’euros ». Une somme conséquente compte tenu de l’explosion des prix de l’iimmobilier.

publicité

Une maison nichée au cœur d’un vaste lotissement

Aujourd’hui, piégée autour d’un lotissement de pavillons individuels, Diane Zammit, celle qui est à la tête de cette magnifique demeure avoue regretter « Les terres agricoles parsemées de petits logements et de chalets en briques rouges », dans son témoignage auprès de Daily Mail. Depuis que la famille a débarqué sur les lieux il y a une décennie, le terrain qui se trouvait dans les environs était méconnaissable.

Dans une vidéo qui a été partagée sur les réseaux sociaux, sur laquelle on peut consulter les vues aériennes de la maison, les impressionnants champs situés dans les environs de la propriété ont été enlevés petit à petit pour laisser place à des mini-parcelles constructibles. Au fur et à mesure que les années avancent, les maisons et les routes ont pris la place des surfaces vertes.

publicité

En dépit de tout ce changement, la propriété qui appartient à la tribu Zammit n’a subi aucune modification et son état est resté intact. Selon nos confrères, il s’agit d’un vestige d’un passé qui a été transformé par l’urbanisme croissant.

750 mètres de clôture

Pour sauvegarder leur bien et pour empêcher les travaux de construction, les propriétaires des lieux ont mis en place 750m de clôture autour de leur propriété. Face à ce terrain devenu intouchable, les experts immobiliers qui ont initié le lotissement n’ont pas pu créer des rues continues. De part et d’autre du terrain de la tribu Zammit, les routes ont du mal à se rejoindre. Un riverain qui a pris la parole dans les colonnes de 7 News Australia souligne : « Je suis soulagé qu’ils aient refusé de vendre ».

Et l’habitant d’ajouter : « Cela veut dire que nous disposons d’une impasse plus fiable pour nos enfants. Leur énorme pelouse nous donne l’impression que nous disposons de beaucoup d’espace ». Pour l’heure, le quartier est resté intact et pour les propriétaires, il est hors de question de mettre la maison en vente sur le marché.

Selon un spécialiste de l’immobilier sollicité par nos confrères de Business Insider, le terrain en question est suffisamment spacieux pour accueillir une cinquantaine de maisons de 300 m² qui serait chacune estimée à 1 million de dollars australiens, soit l’équivalent de 600 000 € en France.

publicité

D’autres publications dans 

Réforme de la prime d’activité : quelles conséquences sur les employés à faibles revenus ?

CAF : un bonus prévu pour certains allocataires de l’AAH, les concernés

5+3=5 : trouvez les 2 tiges qu’il faut déplacer pour corriger l’équation !

Défi visuel : vous disposez de 12 secondes pour localiser le nombre 56 !

Fruits et légumes : vers une nouvelle taxation pour les éléments potagers du jardin ?

LMNP : à quoi faut-t-il s’attendre en 2024 ?