Immobilier : les Français obligés de frauder pour accéder à une location

publicité

Alors que le secteur immobilier traverse actuellement une crise sans précédent, de nombreux Français se retrouvent dans l’obligation de mentir pour pouvoir décrocher une location et éviter de se retrouver à la rue. Tous les détails dans les prochaines lignes !

Location de biens immobiliers en France : les fraudes se multiplient

Force est de constater qu’en France, la demande n’arrive pas à couvrir l’offre en matière de location immobilière. La situation est encore plus compliquée dans la capitale, plongeant les candidats souhaitant louer un bien dans un gros calvaire. Selon une récente étude partagée par Imodirect, le nombre de dossiers frauduleux a explosé ces derniers temps.

publicité

Près de 25% d’entre eux, issus de la région parisienne, renfermeraient au moins un document falsifié. Toujours selon les mêmes données, ces cas de mensonge concerneraient 1 dossier sur 6 dans les autres régions. Il serait nécessaire de bâtir environ 500 000 nouveaux logements chaque année pour remédier à la situation. Mais jusqu’ici, la situation reste la même. Au contraire, le nombre d’immobiliers en construction ne cesse de chuter. Mais ce n’est pas tout !

Les agences immobilières continuent d’alourdir les procédures administratives permettant d’accéder à la location : contrats de travail, garanties, loyers d’avance, fiches de paie, avis d’imposition…Pour les jeunes qui débutent dans le monde du travail et pour les autoentrepreneurs, louer un bien immobilier relève souvent d’un véritable parcours du combattent.

publicité

Les locataires face à de gros dilemmes

En raison de la crise immobilière, de nombreux ménages se retrouvent dans l’obligation de louer. En 2021, plus de 24% de la population avaient loué une maison principale contre 40% l’an dernier (Source : Insee). Trouver un logement en France est devenu un vrai calvaire. Ce qui a entraîné une explosion des pratiques frauduleuses liées à la location. En effet, de nombreux Français utilisent de faux contrats ou des fiches de paie « fake » dans l’espoir d’augmenter leur chance de louer un bien.

Notons que cette pratique est formellement interdite par la loi. En effet, le code pénal prévoitune peine d’emprisonnement de 3 ans assortie d’une amende qui peut aller jusqu’à 45.000 € à l’encontre des contrevenants. Gare aux fraudeurs qui se font choper !

publicité
publicité

D’autres publications dans 

Défiez votre logique avec ce nouveau casse-tête des allumettes !

Ce métier inédit rémunéré à plus de 300 000 € par en ne requiert aucune qualification spécifique !

La Belgique va recruter plus d’employés étrangers : les modalités d’accès

Impôts : aucun paiement prévu pour ces Français en 2024. Et pour cause…

Cette banque rémunère les clients pour les fonds déposés chaque jour sur leur compte

Crédit immobilier : voici comment les emprunts à 4% peuvent augmenter votre rentabilité !