L’Etat suédois lance une alerte concernant les impacts négatifs des écrans sur le niveau des élèves

publicité

La révolution de l’ère numérique associée à la mondialisation a contribué à faciliter l’accès aux produits high-tech partout dans le monde. Aujourd’hui, les élèves sont de plus en plus exposés aux écrans des ordinateurs, des télévisions et des téléphones portables. Mais quelles sont les conséquences sur leur niveau scolaire ? Selon le gouvernement suédois, les écrans sont à l’origine de la chute du niveau scolaire des étudiants. Tous les détails dans les prochaines lignes !

Les écrans de plus en plus utilisés en classe

Les nouvelles technologies nous facilitent le quotidien à bien des égards et ce, dès le plus jeune âge. Mais derrière les côtés positifs de ces gadgets innovants, les détracteurs dénoncent certains inconvénients. Outre le fait de passer du temps devant l’écran à la maison, les enfants sont également exposés aux écrans lorsqu’ils sont en classe. En effet, de plus en plus d’établissements scolaires se servent aujourd’hui des tablettes ou des ordinateurs portables en complément des manuels scolaires, y compris dans l’Hexagone.

publicité

En effet, les écrans procurent de multiples avantages : accès à des documentaires pédagogiques, recherche d’informations sur Internet, facilitation des échanges entre instituteurs et élèves ou parents grâce aux réseaux sociaux. Depuis l’avènement des écrans, les cahiers de correspondance ont progressivement disparu pour laisser la place à ces supports révolutionnaires. Grâce à ces dispositifs de communication, les écoles peuvent partager directement les résultats scolaires, le planning annuel, les relevés des absences, etc.

Plusieurs inconvénients dénoncés

Selon les experts, les écrans peuvent également représenter une source de déconcentration pour les étudiants surtout lorsqu’ils ont du mal à rester concentré en classe. Une étude menée par des scientifiques révèle que consulter un écran rétroéclairé peut être plus épuisant que de lire sur un support en papier. Non seulement, la capacité de mémoire va diminuer, le contenu sera beaucoup moins facile à comprendre par le jeune lecteur.

publicité

C’est pour cette raison que la Suède a pris la décision de bannir ce dispositif des écoles car il tend à réduire le niveau scolaire des étudiants. Si les manuels scolaires demeurent monnaie courante en France, la situation est différente chez nos voisins suédois. Voilà maintenant une quinzaine d’années que ces ouvrages ont été substitués par les écrans.

Une réalité que l’on constate dès le collège car les étudiants ont tendance à passer plus de temps devant leurs écrans d’ordinateurs. D’ailleurs, ces derniers ont à leur disposition des PC, tablettes et autres matériels informatiques pour les aider à faciliter leurs travaux pédagogiques.

publicité

La mise en garde du gouvernement suédois

De nombreux parents se plaignent également de l’accès facilité aux écrans pour les enfants. En effet, comment s’assurer que ces derniers travaillent et ne passent pas leur temps à regarder des séries ou à jouer à des jeux ? Il y a 5 ans, un enfant sur cinq était déjà propriétaire d’un smartphone en Suède, alors qu’il n’a qu’entre 5 et 8 ans. En France, 50% des étudiants sont équipés de smartphones avec un taux de 12% constaté chez les enfants de 10 ans.

Si les autorités avaient auparavant facilité l’accès à ce dispositif dans le but de moderniser l’enseignement, aujourd’hui le gouvernement semble faire marche arrière. En effet, les enfants qui étudient l’alphabet à l’aide d’une tablette dans certaines maternelles affichent un niveau de scolarisation en déclin par rapport aux autres. De son côté, la ministre de l’Éducation regrette le manque de sens critique et l’excès de confiance des acteurs de l’éducation envers les outils numériques.

Cette-dernière est prêt à tout pour favoriser le retour aux ouvrages scolaires. Raison pour laquelle l’Etat suédois a mis de côté un budget de 60 millions d’euros en 2023 suivi d’un autre budget de 44 millions d’euros pour les deux prochaines années dans le but de favoriser le retour des manuels dans les institutions scolaires. Le but étant de fournir au moins un livre par discipline à chaque élève.

publicité

D’autres publications dans 

Défiez votre logique avec ce nouveau casse-tête des allumettes !

Ce métier inédit rémunéré à plus de 300 000 € par en ne requiert aucune qualification spécifique !

La Belgique va recruter plus d’employés étrangers : les modalités d’accès

Impôts : aucun paiement prévu pour ces Français en 2024. Et pour cause…

Cette banque rémunère les clients pour les fonds déposés chaque jour sur leur compte

Crédit immobilier : voici comment les emprunts à 4% peuvent augmenter votre rentabilité !