Pass Navigo : le tarif va passer à 120 euros à partir de 2024 !

publicité

Alors que les voyageurs qui utilisent des transports en commun se remettent à peine de la récente hausse de l’abonnement au Pass Navigo, une autre annonce vient renforcer l’inquiétude : celle du tarif qui risque de passer à 120 euros à partir de l’an prochain.

Comptez 120 euros pour profiter du Pass Navigo en 2024

Jacques Baudrier, un député parisien a récemment lancé une alerte via les réseaux sociaux. Il dénonce notamment un récent communiqué qui suggère de limiter les fonds destinés à l’entretien du réseau de transport notammen en Ile-de-France. Selon l’élu, cette initiative pourrait entraîner une hausse du prix du Pass Navigo qui pourrait atteindre les 120 euros d’ici 2024. 

publicité

Le manque de financement d’Île-de-France Mobilités (IDFM) suscite aujourd’hui de vives inquiétudes. L’institution nécessite plusieurs millions d’euros pour survivre. A ce propos, la même source souligne : “Il faudrait au moins 1,1 milliard d’euros chaque année pour que le service continue d’être opérationnel. Le gouvernement, de son côté, néglige ce besoin à 500 millions et suggère d’apporter environ 150 millions d’euros chaque année. Le reste sera alors pris en charge par les utilisateurs”

Une mauvaise gestion de l’Etat ?

L’alerte a été donnée à la suite d’une étude menée par l’IGF (Inspection Générale des Finances) et l’IGEDD (Inspection Générale de l’Environnement et du Développement Durable) à la suite d’une requête du ministre des Transports. Cette demande a été établie dans le but d’instaurer une “trajectoire de financement durable”. Cependant, ni l’exécutif, ni la ville de Paris ne semblent être décidés à couvrir une telle dépense en vue de soutenir la RATP.

publicité

De son côté, Jacques Baudrier, représentant de l’IDFM, a fait part de son appréhension à l’occasion d’un entretien au micro de France 3. Il a notamment dénoncé le gouvernement qui renonce à revaloriser le versement mobilités. A titre de rappel, cette taxe payée par les sociétés utilisant plus de 11 salariés, représente plus de 50% des recettes de l’IDFM. Le directeur pointe également du doigt Valérie Pécresse qui, selon lui, refuse de réclamer du financement “par idéologie” depuis son arrivée au pouvoir. Comme il le souligne : “Elle a enchaîné les investissements en dépit des nombreux projets qu’il faut financer. Résultat, les dettes sont passées de 1 milliards à 2015 à 12 milliards en 2023.

publicité

D’autres publications dans 

Rappel d’urgence inquiétant chez Tesla : plus de 4 000 véhicules concernés !

Plaques d’immatriculation : cette nouvelle règle va donner du fil à retordre aux voleurs !

93% des personnes qui ont relevé ce défi ont échoué : ferez-vous partie des 7% les plus intellos ?

Gmail : la lutte contre les spams et le phishing prend une nouvelle tournure !

Ruée assurée chez Action avec ce produit magique indispensable aux automobilistes !

Faire des achats en ligne sera beaucoup plus facile grâce à cette nouvelle technologie liée à la carte bancaire !