Passoire thermique : la locataire réclame un gel de loyer, le propriétaire ordonne des travaux

publicité

Voilà une situation inconfortable à laquelle cette locataire ne s’attendait pas. Compte tenu des résultats médiocres du diagnostic de performance énergétique de son logement, le propriétaire des lieux a procédé à des travaux d’amélioration pour que le studio réponde aux normes énergétiques en vigueur. Mais l’ampleur des travaux a complètement dépassé les attentes du locataire…

Un locataire face à une situation improbable

Dans son témoignage, la locataire raconte qu’elle abrite un studio situé dans un immeuble parisien dont la construction date des années 70. C’est dans les années 2000 qu’elle va déménager. A l’époque, il n’y avait pas encore de DPE en vigueur et la jeune femme ne s’est donc pas soucier de l’efficacité énergétique de son appartement. Mais dernièrement, elle a eu droit à un avis d’augmentation de loyer et demande des explications auprès du propriétaire.

publicité

Etant donné que le studio se trouve dans la catégorie F, elle estime que cette hausse est inadmissible. Mais le bailleur ne l’entend pas de cette oreille. Il décidé d’envoyer un artisan pour estimer les travaux de rénovation énergétique à exécuter pour faire en sorte que les résultats du DPE atteignent au minimum un E. « Ces estimations sont génériques, irréalistes et inappropriées à l’aménagement du studio », fait remarquer la locataire.

Sa demande de gel de loyer rejetée

Le professionnel prévoit d’isoler les murs par l’intérieur. Ce qui aura pour conséquence de réduire la surface habitable et la mise en place d’une VMC. Ce qui implique l’aménagement d’un faux plafond au sein de la salle d’eau. Si la locataire a essayé tous les moyens pour empêcher ces travaux en demandant un gel du loyer, elle n’a malheureusement pas eu gain de cause.

publicité

Selon l’Adil (agence départementale d’information sur le logement), le propriétaire des lieux a bel et bien le droit d’effectuer les travaux en question en regard de la loi sur le logement. La leçon qu’on peut tirer de cette histoire : un locataire qui souhaite accéder à un gel de loyer pour un bien classé F ou G peut tomber sur un propriétaire désireux d’améliorer l’efficacité énergétique du logement. Pour éviter les désagréments liés aux nuisances des travaux, autant se préparer moralement avant d’entamer les procédures.

publicité

D’autres publications dans 

Casse-tête logique : trouvez les 2 tiges à enlever pour résoudre l’équation : 8-9=3

Crédit d’impôt 2024 : quels outils faut-il utiliser pour l’adaptation des logements au vieillissement ?

Augmentation de l’AAH : à combien s’élève l’aide revalorisée en 2024 ?

Ikea propose une table design et originale pour embellir votre extérieur !

Lidl lance un veste anti froid à prix bradé !

Prime d’activité et RSA : cette raison fâcheuse pour laquelle ces deux aides sont en déclin !