Phishing téléphonique : les opérateurs ont jusqu’au 31 décembre pour empêcher les escroqueries

publicité

Voilà le mois de juillet dernier, les opérateurs téléphoniques ont pour obligation de filtrer les appels et textos de source non authentifiée pour leurs clients. Cela dit, le dispositif n’a pas encore été pleinement mis en place car ces entreprises ont besoin de temps pour tout organiser. Elles ont jusqu’au 31 décembre prochain pour tout préparer.

La lutte contre les méthodes de phishing s’intensifie

Depuis le 1er mars 2023, le démarchage téléphonique a fait l’objet de quelques bouleversements. Les démarcheurs ne peuvent désormais appeler des prospects qu’à certaines heures de la journée durant les jours ouvrables. Des limites ont également été fixées concernant les weekends et les jours fériés. De son côté, l’Acerp a soumis les opérateurs à une nouvelle règle : filtrer les appels non authentifiés.

publicité

Cette initiative a été prise dans le but de limiter les tentatives de phishing qui ciblent les clients des opérateurs. Mais dans la pratique, cette solution n’est pas simple à réaliser. Normalement, tout doit se faire automatiquement. Autrement dit, l’abonné n’au aucune procédure à suivre. Comme le souligne Olivier Riffard, responsable au sein de la Fédération française des télécoms : « Le consommateur n’a rien à faire, il lui suffit de patienter ».

Le compte à rebours est lancé pour les opérateurs téléphoniques

Pour le moment, aucune solution n’est viable poursuit le directeur : « Il faut installer diverses plateformes et ce système requiert de la technicité. Chacun son rythme. Cela devait débuter le 25 juillet dernier mais c’est difficile à mettre en place. C’est en phase de rodage ». Olivier Riffard promet néanmoins qu’il n’y aura pas d’interruption des appels le temps de tout mettre en place.

publicité

Toujours selon la même source, cette organisation devrait durer jusqu’au 31 décembre 2023. Une fois ce délai dépassé, les opérateurs qui n’auront pas respecté les nouvelles dispositions seront sanctionnés. Ces derniers risquent une mise en demeure, voire une suspension de leurs activités. A cela s’ajoute une amende qui s’élève 3% du chiffre d’affaires annuel.

publicité

D’autres publications dans 

CAF : un bonus prévu pour certains allocataires de l’AAH, les concernés

5+3=5 : trouvez les 2 tiges qu’il faut déplacer pour corriger l’équation !

Défi visuel : vous disposez de 12 secondes pour localiser le nombre 56 !

Fruits et légumes : vers une nouvelle taxation pour les éléments potagers du jardin ?

LMNP : à quoi faut-t-il s’attendre en 2024 ?

Comment libérer de l’espace de stockage sur son téléphone sans avoir à effacer des photos ?