Prêt à taux zéro pour l’achat d’un bien immobilier : ce qui va changer en 2024

publicité

Le mois d’octobre dernier, l’Etat a fait part d’un allégement des conditions d’accès au PTZ (prêt à taux zéro). Cette mesure devrait entrer en vigueur ce mois de janvier. Une quinzaine de communes sont par ailleurs impliquées. Plus de détails dans les prochaines lignes !

Ce qu’il faut savoir sur le prêt à taux zéro

Après avoir vu le jour en 1995, le prêt à taux zéro profite aux propriétaires de biens immobiliers sous certaines conditions. Il faut savoir que les intéressés n’ont aucun intérêt à payer sur l’emprunt car le prêt est délivré gratuitement pour un délai de 20 à 25 ans. Il prend en compte une période de remboursement qui s’étale entre 5 et 15 ans. Au cours de cette période, les foyers n’auront à payer aucune mensualité. Aussi, le PTZ devra être complété par d’autres prêts.

publicité

Depuis 2016, les conditions de revenus liées à l’accès au PTZ n’ont pas changé. Aujourd’hui, avec le contexte de forte inflation, ce dispositif devient de moins en moins accessible aux ménages disposant de revenus limités. La réforme qui a été évoquée au mois d’octobre a donc pour objet de revaloriser les barèmes de manière à étendre l’accès au PTZ en France pour les années à venir.

A quoi faut-t-il s’attendre en 2024 ?

La réforme du PTZ implique de nouveaux critères d’éligibilité et une révision des taux et barèmes en vigueur. De même, les régions concernées seront modifiées en 2024. Alors qu’à la base, le prêt à taux zéro devait prendre fin en 2023, il a finalement été rallongé jusqu’en 2027. Par ailleurs, le prêt est axé sur l’achat d’une maison neuve dans les régions qualifiées de « tendues ». Il en va de même pour les propriétés en travaux dans les régions « détendues ».

publicité

Selon Simon Chapuv, l’accès au PTZ devrait favoriser la solvabilité des foyers candidats à l’accession en dépit des prix. Par ailleurs, un accès plus facile à ce dispositif devrait contribuer à accroître le marché en profondeur. De son côté, Laurent Villaret, celui qui est à la tête de la Fédération des promoteurs immobiliers Occitanie Méditerranée estime que ces nouvelles dispositions ne suffisent pas. Comme il le souligne : « Le PTZ ne sera pas consommé dans les régions tendues car les tarifs sont trop chers pour les gens qui réclament du crédit »

publicité

D’autres publications dans 

CAF : un bonus prévu pour certains allocataires de l’AAH, les concernés

5+3=5 : trouvez les 2 tiges qu’il faut déplacer pour corriger l’équation !

Défi visuel : vous disposez de 12 secondes pour localiser le nombre 56 !

Fruits et légumes : vers une nouvelle taxation pour les éléments potagers du jardin ?

LMNP : à quoi faut-t-il s’attendre en 2024 ?

Comment libérer de l’espace de stockage sur son téléphone sans avoir à effacer des photos ?