Radars thermiques : les premières contraventions sont tombées en ce début d’année, prudence où vous roulez !

publicité

C’est officiel, Lyon va utiliser les radars thermiques à compter de ce début d’année. Mis en place il y a quelque mois, ces dispositifs sont capables d’identifier les automobilistes qui roulent sur une voie de covoiturage sans passagers à bord. La sanction financière prévue est fixée à 135 €.

Les radars thermiques opérationnels depuis le début de cette année

L’année dernière, les radars thermiques ont créé le buzz en France. Finalement, ils seront applicables sur le territoire à compter de janvier 2024. C’est notamment le cas dans la ville de Lyon où les premières expérimentations ont déjà porter leurs fruits sur les boulevards M6 et M7. Après avoir été mis en place au mois de novembre dernier, la CNIL a fini par donner son accord pour que les radars deviennent opérationnels. Et aux dernières nouvelles, les premières contraventions sont déjà tombées.

publicité

Notons que ces radars ne tiennent pas compte de la vitesse de conduite mais de la sincérité des conducteurs. Notons que depuis quatre ans, les routes M6 et M7 comprennent des voies spécialement dédiées aux automobilistes qui font du covoiturage, aux véhicules de transport collectif et à ceux qui disposent d’une vignette Crit’Air 0. Il est donc possible d’emprunter cette voie si l’on conduite un véhicule électrique ou hydrogène et qu’on est seul à bord de la voiture.

Les conducteurs qui roulent sur la voie réservée au covoiturage pris pour cibles

Cette nouvelle mesure est entrée en vigueur dans le but de désencombrer les deux boulevards. Mais force est de constater que les conducteurs sont nombreux à ne pas respecter la règle. D’où le recours aux radars thermiques. Ces dispositifs sont dotés d’un capteur infrarouge qui va identifier le nombre de personnes voyageant à bord d’une voiture. Si le radar ne capte qu’un seul passager à bord du véhicule roulant sur la voie de covoiturage, la plaque d’immatriculation de ce dernier sera immédiatement capturée en photo.

publicité

L’image sera par la suite envoyée aux autorités routières qui décideront du sort du conducteur. Si ce dernier a commis une infraction, il devra payer une amende qui s’élève à 135 €. Cette contravention sera réduite à 90 € dans la mesure où le contrevenant accepte de régler l’amende dans un délai de 2 semaines.

publicité

D’autres publications dans 

Défiez votre logique avec ce nouveau casse-tête des allumettes !

Ce métier inédit rémunéré à plus de 300 000 € par en ne requiert aucune qualification spécifique !

La Belgique va recruter plus d’employés étrangers : les modalités d’accès

Impôts : aucun paiement prévu pour ces Français en 2024. Et pour cause…

Cette banque rémunère les clients pour les fonds déposés chaque jour sur leur compte

Crédit immobilier : voici comment les emprunts à 4% peuvent augmenter votre rentabilité !