Face à l’inflation, Michel-Edouard Leclerc appelle les consommateurs à rester prudents cet hiver !

Alors que l’hiver approche à grands pas, les Français se préparent pour la célébration des fêtes de Noël. A l’occasion des retrouvailles en famille, la question liée à l’inflation est sur tous les fronts. Voici les dernières confidences de Michel-Edouard Leclerc sur le sujet.

Michel-Edouard Leclerc se livre comme jamais sur RMC

A l’occasion de son intervention au micro de RMC, Michel-Edouard Leclerc s’est livré sans filtre au sujet de ses prédilections peu rassurantes concernant l’évolution de l’inflation en France. A 71 ans, celui qui est à la tête de Leclerc a réussi à bâtir une belle carrière dans l’univers du business en France. Son pouvoir et son sens des affaires fait de lui aujourd’hui une référence pour de nombreux consommateurs.

Au cours de cet entretien, Apolline de Malherbe s’est adressée à son invité du jour en indiquant : « Michel-Edouard Leclerc, parlez-nous des tarifs proposés dans les rayons des supermarchés […]. L’an dernier, les prix des jouets et des chocolats pour Noël avaient explosé. Selon vous, que va-t-il se passer cette année ?

Un cri d’alerte à l’approche de l’hiver

A l’issue de cette interrogation, Michel-Edouard Leclerc a répondu : « Naturellement, les prix n’ont pas grimé au vite. Mais il y a de fortes chances qu’ils ne soient pas en baisse. Cela concerne les journalistes, les économistes et aussi les ministres. Il en va de même pour ceux qui prévoient un septembre vert marqué par la baisse des prix. Ces derniers se trompent sur toute la ligne car ces réductions n’interviendront pas ».

Dans sa prise de parole, le directeur poursuit : « Il ne faut pas s’attendre à un retour à la normale des prix, que l’on parle des cadeaux de Noël ou pour le reste des produits qui sont essentiels au quotidien. Je suis persuadé que nous avons passé cette ère. Pour ainsi dire, ce qui s’est déroulé est désormais gravé dans les esprits ».

Et le directeur d’ajouter : « Dans un futur proche, même pour les articles saisonniers de printemps, le retour à la normale des prix reste inenvisageable. Surtout pour les produits transformés incluant les chocolats, les tablettes, etc. Les fabricants ne vont pas réviser leur tarif en conséquence ».

Des conditions générales de vente en hausse

Toujours selon Michel-Edouard Leclerc, les industriels affichent aujourd’hui des conditions générales de vente en hausse. Et le directeur de prévenir : « Mais faites gaffe ! Nous parlons ici d’une hausse qui peut aller jusqu’à 15%. Bien évidemment, nous devrions lutter pour sauvegarder ces hausses de manière à ce qu’elles soient accessibles à tout un chacun ».

En ce qui concerne l’inflation qui touche les produits alimentaires, le PDG s’est fixé un objectif particulièrement ambitieux en ce qui concerne ses nombreuses boutiques réparties sur l’intégralité du pays. Le directeur entend mettre en place une approche innovante pour remédier à l’inflation. Sa proposition peut néanmoins s’avérer épineuse. A ce propos, le principal intéressé souligne :

« Je prévois de ramener l’inflation alimentaire (qui est aujourd’hui estimée entre 15 et 16% dans le pays) au taux d’inflation en général. Il devient urgent de ramener l’inflation touchant les produits alimentaires dans les environs de 4 à 5%. Pour ce faire, les industriels sont amenés à faire preuve de sincérité et de transparence concernant les modalités liées aux conditions d’achat ».

« Ils doivent nous communiquer leurs factures… »

Dans sa prise de parole, Michel-Edouard Leclerc précise : « Ils doivent nous communiquer leurs factures, tandis que la législation leur donne actuellement le droit de ne pas le faire ». Quoi qu’il en soit, les consommateurs ont intérêt à se préparer à toutes les éventualités car l’inflation semble encore bien loin d’avoir dit son dernier mot. Ce fléau qui s’est amplifié à cause de la crise sanitaire, suivie des conflits opposant l’Ukraine à la Russie, atteint plus de 15% dans la grande distribution.

D’autres publications dans 

Autoroute : la nouvelle désolante vient de tomber pour les Français

Rappel d’urgence inquiétant chez Tesla : plus de 4 000 véhicules concernés !

Plaques d’immatriculation : cette nouvelle règle va donner du fil à retordre aux voleurs !

93% des personnes qui ont relevé ce défi ont échoué : ferez-vous partie des 7% les plus intellos ?

Gmail : la lutte contre les spams et le phishing prend une nouvelle tournure !

Ruée assurée chez Action avec ce produit magique indispensable aux automobilistes !