Arrêts maladie : les conditions d’accès vont se compliquer en 2024, et pour cause…

publicité

Dans un communiqué officiel, le gouvernement a fait savoir que le nombre d’arrêts maladie a connu une importante hausse ces dernières années. Raison pour laquelle plusieurs dispositions ont été prises pour limiter les fraudes liées à la téléconsultation.

Arrêts maladie : des modalités d’accès plus strictes

L’exécutif est prêt à déployer tous les efforts nécessaires pour mieux encadrer les arrêts maladie en France. Force est de constater que les cas de complaisance ne cessent de se multiplier ces dernières années et la Sécurité Sociale a du mal à garder le rythme. En effet, les charges liées aux indemnités accordées aux salariés en arrêt maladie ont grimpé de 60% avec un budget moyen estimé à 16 milliards d’euros en 2022 selon nos confrères de La Dépêche.

publicité

Toujours selon la même source, plus de 8 millions de cas ont été signalés au cours de la même année contre 6 millions seulement en 2012. Selon les médecins, certains salariés qui prétendent aux arrêts maladie sont pourtant en pleine forme. Raison pour laquelle l’Etat souhaite durcir les mesures en plaçant plusieurs milliers de professionnels de santé sous surveillance. Cette disposition s’applique plus précisément aux gros prescripteurs. C’est-à-dire ceux qui prescrivent des arrêts maladie à plusieurs reprises et qui font grimper le montant de la note auprès de la sécurité sociale. Ces experts seront régulièrement contrôlés au moyen d’une mise sous objectif dans le but de réduire les cas d’arrêts maladie qui ne sont pas en règle.

Du nouveau concernant les téléconsultations en 2024

Les mesures concernant les arrêts maladie prescrits au cours des consultations vont également subir des modifications en 2024. Elles seront à présent limitées au nombre de 3 maximum à moins que ce soit le médecin traitant usuel qui a procédé à la consultation en ligne. Il en va de même si le malade n’a pas pu accéder à un rendez-vous physique dans le but de renouveler l’arrêt maladie. L’an dernier, 35% des employés ont fait l’objet d’un arrêt maladie à en juger par led résultats du baromètre d’Apicil avec un délai moyen estimé à 22 jours. A partir de cette année, il faudra donc se plier à ces nouvelles règles concernant les consultations en ligne.

publicité
publicité

D’autres publications dans 

Réforme de la prime d’activité : quelles conséquences sur les employés à faibles revenus ?

CAF : un bonus prévu pour certains allocataires de l’AAH, les concernés

5+3=5 : trouvez les 2 tiges qu’il faut déplacer pour corriger l’équation !

Défi visuel : vous disposez de 12 secondes pour localiser le nombre 56 !

Fruits et légumes : vers une nouvelle taxation pour les éléments potagers du jardin ?

LMNP : à quoi faut-t-il s’attendre en 2024 ?